Poursuite d’un essai clinique utilisant des cellules souches embryonnaires pour soigner le diabète

Publié le : 5 février 2016

Johnson & Johnson, industrie pharmaceutique américaine (New Jersey), s’associe à la compagnie de biotechnologies ViaCyte (San Diego) dans le but mettre au point un traitement pour le diabète de type 1. Leur objectif est de proposer un traitement qui mette fin aux contraignantes injections d’insuline chez ces patients.

 

La thérapie envisagée utilise des cellules souches embryonnaires humaines, différenciées en cellules sécrétrices d’insuline, qu’ils insèrent dans une petite capsule et qu’ils implantent sous la peau. La capsule protège les cellules d’un rejet immunitaire. « C’est comme créer un nouveau pancréas qui fabrique toutes les hormones nécessaires au contrôle de la glycémie » a commenté le Dr Tom Donner, de l’université Johns Hopkins.

 

Parmi les nombreux essais en cours pour soigner le diabète de type 1, celui-ci serait le premier déjà testé chez un petit nombre de patients, après les tests préliminaires chez la souris. Douze nouveaux patients devraient être traités prochainement avec ce nouveau dispositif.

<p>The Washington post (4/02/2016)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres