PMA, GPA post-mortem : naître orphelin

Publié le 8 Juil, 2022

Naître orphelin de père après une PMA, ou orphelin de mère avec une GPA. C’est ce à quoi ont conduit récemment des techniques de procréation.

Aux Etats-Unis, une veuve a donné naissance à un enfant conçu avec le sperme de son défunt mari, 14 mois après sa mort en février 2020[1]. Mais l’histoire n’est pas terminée car il lui reste l’un des deux embryons « viables » qui avaient été congelés. Sarah Shellenberger, une enseignante de 41 ans, a décidé de donner naissance à ce deuxième enfant.

Fabriqué tout juste une semaine avant la mort de Scott, elle espère « un transfert réussi ». « Je suis si reconnaissante d’avoir l’espoir d’un deuxième morceau de mon mari », confie-t-elle. L’embryon a été implanté le 23 juin. Si tout se passe comme prévu, Hayes rencontrera son frère ou sa sœur d’ici neuf mois, plus de trois ans après la mort de leur père.

Une décision de justice

Les actualités se suivent et ne se ressemblent pas. Parfois si. En Grande-Bretagne, un veuf a obtenu le droit d’utiliser un embryon conçu avec sa défunte épouse. Le dernier [2].

Entre 2013 et 2018, Ted Jennings et sa femme Fern-Maria Choya ont subi quatre cycles de FIV dans une clinique de fertilité à Londres. Après le décès de sa femme en 2019, Ted Jennings a souhaité utiliser leur dernier embryon congelé pour avoir un enfant par le biais d’une mère porteuse. Un accord qu’il n’a pas pu obtenir initialement faute d’avoir recueilli le consentement écrit de son épouse[3]. Finalement un juge l’y a autorisé.

Une première GPA post-mortem

Pour le juge Theis, « la HFEA devrait revoir ses formulaires de consentement en cas de décès d’un conjoint et devrait clarifier ce qu’il adviendrait des embryons restants ». Selon elle, l’occasion a manqué, mais Fern-Maria Choya aurait donné son accord. Il s’agit du premier cas de maternité de substitution post-mortem au Royaume-Uni.

Comme l’affirme Monette Vacquin, psychanalyste, membre du Conseil scientifique du département d’éthique biomédicale du collège des Bernardins, « l’embryon est un enjeu, il est en lui-même un objet métaphysique, parce qu’au carrefour des différences des sexes et des générations »[4]. « Il est une figure d’altérité, figure du passé et figure d’avenir. » Parfois à ses dépens.

 

[1] Metro, Edaein O’Connell, Widow uses frozen embryos for miracle family following husband’s death (21/06/2022)

[2] BioNews, Catherine Turnbull, Husband can use embryo created with late wife, court rules (27/06/2022)

[3] Gènéthique, Royaume-Uni : veuf, il veut réaliser une « GPA post-mortem » (06/05/2022)

[4] Cairn info, 2008. https://doi.org/10.3917/inso.131.0014

Cet article de la rédaction Gènéthique a été initialement publié sur Aleteia sous le titre : Naître orphelin après une GPA ou PMA post-mortem

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres