PMA en Europe, l’Espagne à l’avant garde

Publié le : 5 juillet 2017

D’après le dernier rapport de l’European Society of Human Reproduction and Embryology (ESHRE) publié le 4 juillet 2017, l’Espagne est le premier pays européen en termes de PMA avec, en 2014, 109 275 cycles d’insémination. La Russie arrive en deuxième position avec 94 985 cycles. La France en recense 90 434. Le rapport couvre les fécondations in vitro[1], les dons d’ovocytes et les inséminations intra-utérines.

 

En tout, en 2014, il y a eu en Europe 707 171 cycles qui ont donné lieu à 146 232 naissances.

 

Le taux de grossesse après une aide médicale à la procréation se situe entre 33 et 35%, tandis que le taux de grossesse après don d’ovocytes « continue d’augmenter » pour atteindre 50%, « avec de grandes différences selon les pays ». Le rapport constate également que les chances de donner naissance à un enfant sont plus grandes avec des ovocytes vitrifiés, issus de don, qu’avec des embryons vitrifiés.

 

Les grossesses multiples sont un peu moins nombreuses et le taux de transfert d’un embryon unique est passé de 11% en 1997 à 35% en 2014.

 

Selon une estimation de l’ESHRE, les besoins seraient d’environ 1500 cycles par million d’habitants. D’après le Dr Calhaz-Jorge, responsable du rapport, « seulement une minorité de pays répondent à ce besoin ».

 

[1] La fécondation in vitro avec ICSI consiste en l’injection d’un seul spermatozoïde dans l’ovocyte. L »ICSI impose une préparation spéciale des ovocytes et des spermatozoïdes.

<p>Le quotidien du médecin, Coline Garré (04/07/2017)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres