Parlement européen : un projet de résolution sur l’avortement

Publié le 5 Mai, 2021

Fin mars, le député croate Perdrag Matic a soumis « un projet de résolution sur la situation de la santé et des droits sexuels et génésiques dans l’Union européenne », comprenant la reconnaissance d’un « droit à l’avortement » et la suppression de l’objection de conscience. Ces propositions sont similaires à celles du projet Estrela de 2013, sur un sujet qui « relève de la seule compétence des Etats membres »[1]  (cf. Avortement : les évêques appellent l’Europe à respecter les limites de ses compétences ). En outre, elles sont « en contradiction avec le droit européen », alerte l’ECLJ[2].

En effet, le texte de Perdrag Matic « affirme l’existence d’un ‘droit à l’avortement’ ». Or ce « droit » n’existe dans aucun traité de droit international, ni dans les « différents instruments européens de protection des droits de l’homme ». Dans le même esprit, le projet vise à supprimer l’objection de conscience, présentée comme un « refus de prise en charge médicale ». Or le droit à la liberté de conscience « est expressément garanti par le droit international et européen ».

Conscients de la faiblesse de leur proposition sur le plan légal, les promoteurs du projet « ont entrepris d’écarter d’avance toute potentielle opposition ». Ils ont organisé le 25 mars une audition, visant à exclure du débat les organisations pro-vie. Or tous les intervenants font eux même partie « d’un large réseau mondial de militants pour l’avortement, richement financé par des organisations telles que la Fédération Internationale du Planning Familial, l’Open Society ou encore la fondation Gates ». Une « réelle manœuvre idéologique » dénoncée par l’ECLJ.

Le texte sera débattu les 10 et 11 mai prochains.

[1] « Le domaine de la santé -et en particulier l’avortement, ne fait pas partie des compétences de l’Union européenne, celui-ci appartient aux États », stipule le Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Une position « constante et régulièrement confirmée » par la Commission européenne.

[2] European Center for Law and Justice

Source : ECLJ, Agathe Villain (4/05/2021)

Partager cet article

Synthèses de presse

Italie: selon le tribunal d’Ancône il existe un "droit au suicide"
/ Fin de vie

Italie: selon le tribunal d’Ancône il existe un “droit au suicide”

Le tribunal d'Ancône interprète un arrêt de la cour constitutionnelle dépénalisant l'aide au suicide comme un droit personnel au suicide ...
Australie: Marie Stopes International ferme des cliniques d'avortement
/ IVG-IMG

Australie: Marie Stopes International ferme des cliniques d’avortement

Dans la région du Queensland, les cliniques d’avortement n’étant plus « financièrement viables », fermeront en juillet ...
10_open_data
/ E-santé

Neuf applications de santé sur dix récoltent les données de leurs utilisateurs

Une étude révèle de « graves problèmes de protection de la vie privée et des pratiques de protection de la ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres