Les progrès de la thérapie cellulaire

Publié le : 29 mars 2002

Lors du colloque  sur les cellules souches et la thérapie cellulaire qui s’est tenu du 25 au 27 mars à Paris, les participants ont fait le point sur les derniers progrès cliniques en la matière.

Actuellement, on distingue 3 grandes catégories de cellules souches :

– les cellules souches adultes que l’on possède dès la naissance et qui sont présentes dans la moelle osseuse, le sang et le cerveau.
– les cellules souches fœtales prélevées à partir du sang du cordon et de certains tissus fœtaux.
– les cellules souches embryonnaires prélevées au stade du blastocyte  (entre le 5ème et le 7ème jour après la fécondation).
Les cellules souches hématopoïétique, c’est à dire provenant du sang, permettent aujourd’hui de grandes avancées thérapeutiques. Ainsi a t-on pu soigner 5 enfants, greffés avec de la moelle osseuse prélevée chez un donneur familial. A l’avenir on envisage de soigner la sclérose en plaque ou les brûlures graves à partir de ces mêmes cellules hématopoïétiques.

A terme, la transplantation de ces cellules se substituera sans doute aux traditionnelles greffes d’organes, plus lourdes et plus coûteuses.
Certes, les innovations et les progrès se multiplient mais les chercheurs ne savent pas encore vraiment comment obtenir une population homogène de cellules, contenant des chromosomes stables. Par ailleurs, il faut souligner les risques liés à la sécurité sanitaire et les questions d’ordre immunologique.

Les recherches fondamentales doivent donc être approfondies afin de déterminer quels débouchés offre chaque type de cellules souches, a conclu le président de l’Académie de médecine.

<p>Le Quotidien du Médecin (Delphine Chardon) 29/03/2002</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres