Les français réticents à l’autoconservation des gamètes

Publié le 2 Déc, 2015

Une enquête[1] réalisée par Odoxa pour la clinique Eugin[2] révèle que « 6 français sur 10 sont opposés à la légalisation de l’autoconservation ovocytaire pour raisons non médicale ». Si la législation le permettait « 83% des femmes refuseraient la congélation de leurs ovocytes ». Néanmoins « quatre millions (16%) des femmes françaises seraient intéressées ».

 

Parmi les arguments invoqués par les partisans de cette technique, on trouve « un moyen de renforcer l’égalité entre les hommes et les femmes », ou encore « une façon de prolonger la fertilité de la femme, notamment celles qui n’ont pas de partenaire ».

 

Au contraire, la majorité des français réticents à l’autoconservation des gamètes craignent « une sélection des embryons », « une exploitation commerciale de la détresse des femmes » et juge la technique « contre nature ».

 

Bien que ce ne soit pas une attente des français, le décret du 15 octobre 2015 élargissant le don de gamètes aux personnes n’ayant pas encore procréé « entrouvre la porte à l’autoconservation ovocytaire » (cf. Gènéthique du 15 octobre 2015). L’Agence de Biomédecine « doit proposer d’ici la fin de l’année une règle de répartition des gamètes entre ceux conservés pour le don et pour soi même ».

 

[1] Enquête réalisée auprès d’un échantillon de 1001 personnes représentatif de la population française de plus de 18 ans, interrogés par internet les 5 et 6 novembre.

[2] La clinique Eugin à Barcelone est un « centre de fertilité » réalisant des PMA et des congélations d’ovocytes.

 

Le Quotidien du Médecin (3/12/2015)

Partager cet article

Synthèses de presse

istock_75796805_xxlarge
/ Fin de vie

Soutien des mutuelles à l’euthanasie : « ces organismes ne font même plus semblant »

Jeudi, la MGEN a envoyé un courrier aux députés dans lequel elle indique promouvoir l'euthanasie. La présidente de la SFAP ...
Un tiers des hommes transgenres continuent à ovuler malgré la testostérone
/ Genre

Un tiers des hommes transgenres continuent à ovuler malgré la testostérone

Deux chercheurs ont analysé le tissu ovarien de personnes transgenres ayant subi une ablation des ovaires après un traitement hormonal ...
Un algorithme capable de déterminer si le cerveau est masculin ou féminin
/ Genre

Un algorithme capable de déterminer si le cerveau est masculin ou féminin

L'algorithme peut reconnaître, dans plus de 90% des cas, si les IRM sont celles d'un « biologiquement masculin ou féminin ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres