Les États généraux du handicap : un an après

Publié le : 24 mai 2006

Les premiers États généraux du handicap ont eu lieu en mai 2005. Un an plus tard, les principaux acteurs de ces États généraux se sont réunis pour dresser un premier bilan des engagements pris.

Rappelons que le but de cette initiative était de changer le regard sur le monde du handicap, mais surtout de le "désingulariser".

Julia Kristeva, coprésidente du Conseil national du handicap (CNH) se réjouit car explique-t-elle "les mentalités évoluent". De plus, les États généraux du handicap se sont étendus au niveau local.

L‘année dernière, les États généraux avaient pris des engagements concrets au sein de 8 forums thématiques. Un an plus tard, les initiatives prennent forme. Ainsi, sur la question de l’emploi des personnes handicapées, "5000 stages en entreprise et au sein de l’administration leur seront proposés d’ici à 2007 – 2008", assure Julia Kristeva. Au niveau du vieillissement des personnes handicapées, l’objectif est d’augmenter le nombre de maisons de retraite adaptées aux différents types de handicap comme cela est déjà en cours dans les Yvelines. Enfin, des débats sont maintenant organisés sur la question "tabou" de la sexualité des personnes handicapées.

Pourtant, certaines difficultés demeurent. Ainsi les décrets sur l’accessibilité de la loi du 11 février 2005 ont mis plus d’un an à sortir. Autre regret : "que l’idée d’un institut national de la formation, de la recherche et de l’innovation se soit transformée en création d’un observatoire", explique Charles Gardou, professeur à Lyon II, car "on ne changera le regard sur le handicap qu’à travers l’éducation et la formation".

Par ailleurs, le journal La Croix consacre un dossier spécial sur l’avenir des enfants handicapés. Cette initiative a lieu alors que s’achève aujourd’hui, le 102ème congrès des notaires à Strasbourg, qui a consacré ses travaux à la place des personnes vulnérables dans la société. Il est vrai, qu’à l’heure où l’espérance de vie des personnes handicapées rattrape celle de leurs parents, ceux-ci se disent soucieux de l’avenir de leur enfant après leur propre disparition.

La Croix (Marine Lamoureux - Nathalie Lacube) 24/05/06

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres