Le processus de mort cellulaire inversé dans des organes de porc

Publié le 2 Sep, 2022

Une équipe de scientifiques de l’université de Yale a mis au point « un système permettant de rétablir la circulation sanguine et la fonction d’organes de porcs quelques heures après leur mort ». Leurs travaux ont été publiés dans la revue Nature. Le système baptisé OrganEx est « similaire à une machine cœur-poumon ». Il fait circuler du sang réoxygéné, « épuré par dialyse », et mélangé à 13 substances chimiques[1].

Des organes qui « retrouvent leur fonction »

Les chercheurs ont endormi les porcs et les ont placés sous ventilateur avant de provoquer un arrêt cardiaque. Une fois leur pouls devenu indétectable, ils ont débranché les ventilateurs avant de les reconnecter une heure plus tard. Les porcs ont alors été branchés sur le système OrganEx, ou bien à un système traditionnel[2], ou encore n’ont reçu aucun traitement.

Au bout de six heures, les scientifiques ont constaté une « diminution significative » de la mort cellulaire, et une restauration des processus cellulaires et moléculaires dans plusieurs organes des porcs traités avec OrganEx. Ainsi, le cœur des porcs s’est remis à battre, et les cellules des organes[3] ont « retrouvé leur fonction ». « Au microscope, il était difficile de déceler les différences entre un organe sain, et un organe traité avec OrganEx », ont affirmé les chercheurs dans un communiqué. En revanche, aucune activité cérébrale n’a pu être détectée[4].

En 2019, les chercheurs étaient parvenus à « restaurer certaines fonctions cellulaires » dans des cerveaux de porcs (cf. Des cerveaux de porcs relancés quatre heures après la mort : faut-il redéfinir la mort cérébrale ?).

Des applications pour le don d’organes ?

L’application visée est, « pour le moment », « d’augmenter le nombre d’organes disponibles pour la transplantation ». Ceux-ci étant « souvent trop abîmés en cas de décès par arrêt cardio-vasculaire ». Mais il faudra confirmer ces premiers résultats, et « s’assurer que les produits utilisés sont bien tolérés par l’humain », tempère le Pr Laurent Papazian, réanimateur au Centre hospitalier de Bastia-Aix-Marseille Université et président de la Société de réanimation de langue française.

« Je crains que nous ne commencions à redéfinir la mort juste pour pouvoir obtenir plus d’organes », s’inquiète quant à lui Adam Omelianchuk, éthicien clinique et membre associé du Center for Bioethics & Human Dignity. Une préoccupation partagée par le Dr. D. Joy Riley, diplômée en médecine interne et directrice exécutive du Tennessee Center for Bioethics & Culture. « A partir de quand utilisons-nous un être humain comme un moyen au lieu de le considérer comme une fin en soi ? », interroge-t-elle.

A plus long terme, le système OrganEx pourrait être utilisée en réanimation, espèrent ses concepteurs. « Nous n’avons pas restauré la vie ! », rappellent-ils cependant, seulement montré que « la mort cellulaire peut être arrêtée ».

 

[1] des anticoagulants, des anti-inflammatoires, une « hémoglobine synthétique », des composés luttant contre la mort cellulaire mis au point à l’université de Yale.

[2] l’Ecmo, où le sang est simplement réoxygéné

[3] Dont le cœur, les reins et le foie

[4] Des mouvements « non intentionnels » de la tête, du cou et du torse sont toutefois apparus lors de l’injection dans la carotide d’un produit de contraste, un phénomène « indiquant la préservation de la fonction motrice “au moins au niveau de la moelle cervicale ou de ses racines” »

Sources : Le Figaro, Soline Roy (03/08/2022) ; WNG, Heather Frank (25/08/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

cese
/ Fin de vie

Convention citoyenne sur la fin de vie : le CESE se dote d’un “comité de gouvernance”

La SFAP propose aux participants à la convention une "immersion d’un ou deux jours dans une structure de soins palliatifs" ...
Transgenre : « nous sommes devenus nous-mêmes le produit que nous devons conquérir »
/ Genre

Transgenre : « nous sommes devenus nous-mêmes le produit que nous devons conquérir »

Il existe « un intérêt financier à banaliser la transformation des corps par la chirurgie et les produits chimiques », ...
"Brain 2.0" : plusieurs milliards de dollars pour cartographier le cerveau
/ Génome, Transhumanisme

“Brain 2.0” : plusieurs milliards de dollars pour cartographier le cerveau

Les NIH ont lancé l’initiative « Brain 2.0 » pour cartographier entièrement les 86 milliards de neurones humains ainsi que leurs connexions ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres