Le nombre d’inscription sur le Registre National des Refus au don d’organes a doublé depuis le 1er janvier

Publié le 22 Juin, 2017

A l’occasion hier de la 17e « Journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs », l’Agence de Biomédecine a lancé une nouvelle campagne de sensibilisation en faveur du don d’organes (cf. Don d’organes : un plan national d’envergure passé sous silence). Elle présente de nombreux témoignages de greffés et cherche à « faire prendre conscience que, depuis le 1er janvier, tout le monde est un donneur potentiel à moins de s’y être opposé ». Manifester son opposition se fait par inscription sur le Registre National des Refus, ou bien, notamment, dans une lettre confiée à un proche (cf. Don d’organes : la « faiblesse éthique » du consentement présumé).

 

Sébastien, interrogé par RMC, s’est inscrit sur le registre des refus. Le père de famille ne voulait pas donner ses organes à un inconnu : « Je ne vois pas pourquoi on serait donneur par défaut. Ça va peut-être choquer, mais je ne veux pas donner un poumon à quelqu’un qui a fumé toute sa vie ».

 

Le nombre de français inscrits sur le Registre des Refus est passé de 90 000 en 2015 à 150 000 fin 2016. Avec l’entrée en vigueur au 1er janvier dernier de la modification de la loi concernant les conditions de prélèvements d’organes (cf. Don d’organes : un changement qui fait polémique), les inscriptions s’élèvent à 300 000 aujourd’hui. En moins d’un an, le nombre de refus exprimés a doublé. 

BFMTV, P. Gril avec Benoît Ballet (22/06/2017)

 

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres