L’avortement postnatal : « une remise en question de la notion de dignité intrinsèque de la personne »

Publié le : 5 juillet 2012

Dans une tribune publiée par l’hebdomadaire Valeurs Actuelles, Chantal Delsol revient sur l’article relatif à "l’avortement postnatal", co-signé par Francesca Minerva de l’Université de Melbourne et Alberto Giubilini de l’Université de Milan, publié dans le Journal of Medical Ethics (Cf Synthèse de presse Gènéthique du 29/02/12).
Pour Chantal Delsol, membre de l’Institut de France, autoriser "l’avortement post-natal" signifie bien en réalité "légitimer l’homicide du nouveau-né". Elle précise que "jusqu’à présent, cette revendication, [de supprimer des nouveau-nés], était incarnée par le philosophe australien Peter Singer", pour qui "certains humains sont des ‘impersonnes’ ou non-personnes, et qu’il vaut mieux tuer un nourrisson mal portant qu’un éléphanteau bien portant".
Plus récemment, le protocole de Groningen, aux Pays-Bas, autorise les médecins à "procéder à l’euthanasie des bébés handicapés, dans les cas désespérés et s’il y a consentement des parents".
Chantal Delsol s’interroge : "tuer [un fœtus] ou tuer [un nouveau-né], n’est-ce pas la même chose ? Pourquoi dès lors la légitimité de l’IVG tardif, [c’est-à-dire] l’interruption médicale de grossesse, ne susciterait-elle pas la légitimité de l’infanticide ?".
Si cette revendication aurait autrefois été considérée comme une transgression, "le nouvel esprit du temps" considère désormais que "les occidentaux croient de moins en moins à la dignité de la personne humaine". Aujourd’hui, "la notion de dignité est récupérée comme un vieux rite, et utilisée à contre-emploi, comme lorsqu’elle sert l’euthanasie : recevoir une piqûre létale, ‘c’est mourir dans la dignité ‘ ". Or, c’est précisément cette dernière argumentation qu’ "employait Hitler quand, au début, il organisa les massacres de handicapés", rapelle Chantal Delsol. Ainsi, "à partir du moment où la dignité intrinsèque n’a plus de sens, on ne voit pas pourquoi ne réaparaîtrait pas  la justification de l’infanticide".    
Pour Chantal Delsol,  les revendications telles que celles des deux universitaires ou de Peter Singer, ou encore, la législation des Pays-Bas, laissent supposer que nous risquons de "redevenir des humains ignorants de ce qu’est la personne humaine : de ce que représente la valeur de l’être humain, valeur objective et non pas subjective, non pas attachée à mon bon plaisir ni à mon confort, mais intrinsèque".
 

Valeurs Actuelles (Chantal Delsol) 5/07/12

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres