L’avortement en comprimés

Publié le 19 Oct, 2007

Pierre-Olivier Arduin, responsable de la commission bioéthique du diocèse de Fréjus-Toulon, revient sur les récentes déclarations de la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, qui veut rendre plus accessible l’avortement chimique (cf. Synthèse de presse du 24/09/07). Pour cela, elle souhaite que les comprimés nécessaires à un avortement soient donnés dans les centres du planning familial.

Selon les chiffres officiels, en 2004, 210 700 avortements ont été pratiqués en France. Le nombre d’avortements augmente chaque année en moyenne de 1.8% depuis 1995. De plus en de plus de femmes de moins de 25 ans recourent à l’avortement. Si le nombre de grossesses non prévues a diminué (46% en 1975 contre 33% aujourd’hui), la propension à avorter en cas de grossesses non désirées a elle augmenté : 4 grossesses non prévues sur 10 se terminaient par un avortement en 1980 contre 6 aujourd’hui.

Aujourd’hui, l’IVG "médicamenteuse" représente 42% des avortements. Ce sont le décret du 1er juillet 2004 et l’arrêté du 23 juillet 2004 qui ont permis la mise en place de l’avortement à domicile. Selon la législation toujours en vigueur, le femme doit être à 5 semaines de grossesse maximum pour entreprendre cette démarche d’avortement domestique. Elle doit aussi s’adresser à un médecin habilité et suivre les cinq consultations prévues. Mais, l’expulsion de l’embryon se fait généralement dans la solitude, hors consultation.

C‘est le médecin lui-même qui achète les comprimés qu’il se fait rembourser par le biais du forfait IVG (191.74 euros) facturé à sa cliente, qui elle-même se fait rembourser par la Sécurité sociale à 70%. Le décret de juillet 2004 avait d’ailleurs revalorisé les forfaits IVG de 29%, "afin d’endiguer l’abandon de ces pratiques par des établissements qui les jugent de plus en plus non rentables".

L‘avortement à domicile représente 16.5% des IVG chimiques, "du fait d’une hostilité plus ou moins affichée par de nombreux praticiens". La proposition de Roselyne Bachelot d’étendre l’autorisation de l’avortement chimique a donc pour but de pallier cette "faible participation" des médecins…

Le projet de Roselyne Bachelot prévoit aussi que l’organisation de l’IVG chimique dans les centres de planning revienne au président du Conseil général. Volet qui entame "de manière drastique le droit à l’objection de conscience".

Pour Pierre-Olivier Arduin, ces propositions de la ministre de la Santé, devraient assurer à l’IVG chimique une "progression inédite", "laissant complètement démunies les femmes livrées à leurs prescriptions". De plus, cette nouvelle pratique, "pourrait devenir rapidement à usage universel au service des concepts de birth control (contrôle des naissances) et de safe abortion (avortement pratiqué dans de bonnes conditions de sécurité) véhiculés par les agences onusiennes internationales".

Décryptage (Pierre-Olivier Arduin) 18/10/07

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Irlande du Nord : les directives sur le genre supprimées pour les écoles primaires
/ Genre

Irlande du Nord : les directives sur le genre supprimées pour les écoles primaires

Les directives qui indiquaient que « les enfants peuvent prendre conscience qu'ils sont transgenres » « entre trois et cinq ...
justice
/ Genre

Japon : une femme transgenre reconnue père d’un enfant

La Cour suprême du Japon a reconnu qu’une femme transgenre était le père d’une petite fille conçue grâce à son ...
Angleterre : des données de santé divulguées sur le darknet
/ E-santé

Angleterre : des données de santé divulguées sur le darknet

Après la cyberattaque qui a touché des hôpitaux londoniens, des informations médicales sensibles ont été publiées sur le darknet entre ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres