L’autogreffe de tissu ovarien, pour prélever la fertilité des femmes atteintes de cancer

Publié le 27 Nov, 2018

En France, jusqu’en juin 2018, l’autogreffe de tissu ovarien « n’était autorisée que dans le cadre d’un projet de recherche ». La technique permet de restaurer la fertilité chez des femmes atteinte de cancer.

 

« La chimiothérapie est toxique pour les ovaires », explique le Pr Michael Grynberg, chef du service de médecine de la reproduction et préservation de la fertilité à l’hôpital Antoine-Béclère à Clamart. Il précise : « Elle détruit le stock de follicules ovariens (structure contenant les ovules, NDLR), ce qui peut entraîner une ménopause précoce. Quant à la radiothérapie, si elle vise les organes génitaux, elle peut altérer l’utérus et le rendre inapte à accueillir un embryon ».

 

La préservation du tissu ovarien nécessite une intervention chirurgicale d’une demi-heure, au cours de laquelle les médecins prélèvent un morceau de chaque ovaire, les découpent et les congèlent. Une fois la patiente « tirée d’affaire », les fragments d’ovaires, « qui patientent depuis quatre ans à une température de moins 196 degrés sont réimplantés ». La femme peut retrouver des menstruations et concevoir. En France, le premier bébé conçu à la suite d’une autogreffe de tissu ovarien en Alsace, en mai 2017, s’apprête à naître.

 

Cependant, le risque de réintroduire des cellules tumorales lors de l’autogreffe de tissu ovarien demeure. La technique est déconseillée pour certains cancers, pour lesquels ce risque est trop important. Par ailleurs, de nombreuses femmes ne pourront pas mener de grossesse et seront réorientées vers le don d’ovocytes ou l’adoption.

En France, chaque année, l’Institut national du cancer estime à 3500 femmes de moins de 35 ans, et 17 200 personnes en âges de procréer reçoivent un diagnostic de cancer.

 

Pour aller plus loin :

Le Figaro, Cécile Thibert (26/11/2018)

Partager cet article

Synthèses de presse

Un donneur de sperme et 550 naissances
/ PMA-GPA

Un donneur de sperme et 550 naissances

Aux Pays-Bas, un donneur de sperme doit être traduit en justice afin de le faire arrêter ses « dons » ...
Belgique : vers la possibilité de changer plusieurs fois de genre et de prénom
/ Genre

Belgique : vers la possibilité de changer plusieurs fois de genre et de prénom

Le ministre de la Justice belge a annoncé la suppression du principe d’irrévocabilité et de la procédure devant le tribunal ...
L’épigénome de l’enfant modifié par la relation avec sa mère
/ Génome

L’épigénome de l’enfant modifié par la relation avec sa mère

Une étude montre que le comportement de la mère laisse des traces épigénétiques sur un gène associé à la réponse ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres