La théorie du genre de plus en plus présente dans la société française?

Publié le : 19 février 2013

 La mise en place à Sciences Po en 2010 d’un enseignement obligatoire sur les études du genre, les manuels scolaires de SVT qui depuis la rentrée 2011 abordent « l’identité sexuelle sous le prisme du genre« , la visite, en septembre 2012 par Najat Vallaud-Belkacem, ministre du Droit des femmes,  et Dominique Bertinotti, d’une crèche « qui ne fait pas la différence entre fillettes et garçonnets au nom du combat contre les ‘clichés’ « , posent la question de savoir si le « gender » ne serait pas « en train de gagner la société française« . 

 

Il faut alors, dans ce cadre, redéfinir certains éléments en effectuant une distinction entre les « gender studies » et la théorie du genre. Ainsi, « les ‘gender studies’ se penchent sur les fonctions de l’homme et de la femme dans la société en raison de leur différence sexuelle et les situations d’inégalité qui en découlent« . La théorie du genre, soutenue par la philosophe féministe américaine Judith Butler, établit quant à elle « une distinction entre l’identité sexuelle biologique, et l’orientation sexuelle qui résulte d’une construction sociale et de choix personnels« . De fait, dans la théorie du genre, « homme et femmes se définiraient comme tels après en avoir décidé et en fonction de leurs pratiques« . 

Aujourd’hui, une grande partie des opposants au texte du mariage pour tous « dénoncent un basculement des études de genre vers la théorie, voire l’idéologie du genre« . Autrement dit,  poursuit le journaliste, « un passage de l’étude des stéréotypes à un dogme sur l’orientation sexuelle« . A ce titre, le député UMP Xavier Breton, animateur de l’Entente parlementaire pour la famille, précise: « Ce n’est pas la lutte contre les discriminations qui nous pose question, mais la négation de l’altérité sexuelle« . Il souligne ainsi « la disparition des termes sexués ‘père’ et ‘mère’ au profit de celui, neutre, de ‘parent’ « . Pour Xavier Breton et Virginie Duby-Muller, « il faut établir un véritable état des lieux de la pénétration de cette théorie dans l’ensemble de notre pays […]. Les conséquences qu’elle implique représentent un tel bouleversement de notre contrat social que les Français sont en droit d’être informés« . 
 

<p> Le Figaro (Agnès Leclair) 18/02/13 - Valeurs actuelles 21/02/13</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres