La stimulation cérébrale pour traiter la dépression ?

Publié le 5 Oct, 2021

Des chercheurs de l’Université de Californie (UCSF) ont développé « une stratégie reposant sur deux étapes qui n’avaient jamais été utilisées dans la recherche psychiatrique : la cartographie du circuit de dépression d’un patient et la caractérisation de son biomarqueur neuronal ». Puis, après avoir identifié ce « schéma spécifique de l’activité cérébrale lié à l’apparition des symptômes » de la dépression, ils ont personnalisé un dispositif de stimulation cérébrale profonde « pour qu’il ne réagisse que lorsqu’il reconnaît ce schéma ».

Selon les chercheurs, la thérapie obtenue est « immédiate », « à la demande », et « unique au cerveau du patient et au circuit neuronal à l’origine de sa maladie ». Leurs travaux ont été publiés dans la revue Nature Medicine[1].

Le succès d’un essai clinique

Dans le cadre de l’essai clinique mené par les chercheurs, une patiente connue sous le nom de Sarah qui souffrait de dépression, a pu être soulagée « presque immédiatement » et sur une durée de 15 mois, période pendant laquelle le dispositif était implanté. L’essai avait débuté au mois de juin 2020.

Une des électrodes de l’appareil a été implantée dans la zone du cerveau où l’équipe avait trouvé le biomarqueur, surveillant « constamment » l’activité cérébrale. L’autre électrode a été placée dans la région du circuit de dépression de Sarah, là où « la stimulation soulageait le mieux ses symptômes ». Lorsque le dispositif détectait le biomarqueur, une stimulation électrique d’1mA était délivrée pendant 6 secondes, conduisant à « une modification de l’activité neuronale ».

Vers une nouvelle approche en psychiatrie ?

Pour le Dr Andrew Krystal, professeur de psychiatrie, membre de l’Institut Weill des neurosciences de l’UCSF, et cosignataire de l’étude, il s’agit d’un « nouveau paradigme ». En effet, « nous avons développé une approche de médecine de précision qui a permis de traiter avec succès la dépression de notre patiente qui était résistante au traitement, en identifiant et en modulant le circuit de son cerveau uniquement associé à ses symptômes », explique-t-il.

Les précédents essais cliniques avaient eu « un succès limité », car « la plupart des appareils ne peuvent délivrer qu’une stimulation électrique constante, généralement dans une seule zone du cerveau » alors que la dépression peut concerner différentes zones.

Les chercheurs restent toutefois prudents : « il ne s’agit que du premier patient du premier essai ». Ils ont recruté deux autres patients et prévoient d’en ajouter neuf supplémentaires. Reste à savoir notamment « si le biomarqueur ou le circuit cérébral d’un individu change au fil du temps, à mesure que le traitement se poursuit ».

 

[1] Closed-loop neuromodulation in an individual with treatment-resistant depression, Nature Medicine (2021). DOI: 10.1038/s41591-021-01480-w , www.nature.com/articles/s41591-021-01480-w

Source : Medical Xpress, University of California, San Francisco (04/10/2021)

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres