La République dominicaine s’oppose à l’avortement via la réforme de son Code pénal

Publié le 20 Avr, 2021

En République dominicaine, les députés ont présenté le projet de réforme du Code pénal « la semaine dernière ». Le code actuel date du 19e siècle. Trois motifs de dépénalisation de l’avortement étaient envisagés à cette occasion : si la grossesse met en péril la vie de la mère, le viol ou l’inceste, et les malformations du fœtus « incompatibles avec la vie ». Ils ont tous trois été rejetés.

Un seul article du texte évoque l’avortement, c’est l’article 112. Il dispose qu’interrompre volontairement une grossesse n’est pas punissable à condition qu’« au préalable, pour sauver la vie de la mère et du fœtus en danger, tous les moyens scientifiques et techniques disponibles aient été épuisés dans la mesure du possible ». L’avortement dans ce cas doit être pratiqué « par du personnel médical spécialisé dans des établissements de santé publics ou privés ».

 

Sources : One of us (19/04/2021) ; ACI Prensa, Diego López Marina (25/03/2021) – Photo : David Peterson de Pixabay

Partager cette article

Synthèses de presse

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

Editas Medicine mène un essai clinique sur des patients atteints d’amaurose congénitale de Leber, dans l’espoir de leur rendre la ...
Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Le petit Keyo Blue, atteint de trisomie 18, a vécu pendant 10 heures après une interruption médicale de grossesse ...
Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Dans le cadre d'un essai clinique Jérémy Hage a a reçu cœur artificiel, retiré au profit d'un greffon naturel au ...