La GPA, une pratique de plus en plus courante pour les couples Saoudiens et Chinois

Publié le : 9 décembre 2013

 Asie et Europe pour les couples Saoudiens et Etats-Unis pour les couples Chinois sont les régions les plus prisées pour recourir à la pratique de la gestation pour autrui (GPA). Pourtant, la GPA est interdite en Arabie Saoudite par le Conseil de la jurisprudence islamique. Mais un certain nombre de médecins laissent place à une interprétation plus libérale de la loi. En Chine, la gestation pour autrui est également interdite. Outre la forte pollution atmosphérique qui pourrait être à l’origine de l’infertilité de nombreux couples* selon les experts, il y aurait des raisons autres que médicales à recourir à cette pratique. Elles seraient liées à la législation chinoise. Deux types de situations sont à relever: d’une part « les couples homosexuels qui cherchent à avoir des enfants[, qui] ne peuvent pas adopter en Chine, [et qui se tournent alors] de plus en plus vers les Etats-Unis« . Mais il y a également les couples qui sollicitent les mères porteuses pour « contourn[er] les restrictions draconiennes de la politique de l’enfant unique« .

 

Pour recourir à la GPA aux Etats-Unis, les couples Chinois doivent débourser près de 150 000 dollars, un coût « 34 fois plus élevé que le revenu annuel moyen dans une ville chinoise« . Mais un des avantages retenus par les couples est que l’enfant naît sur le sol américain, il obtient donc la citoyenneté américaine, une solution pour que leur enfant reçoive une éducation aux Etats-Unis et éventuellement qu’ils partent y vivre. 
Aux Etats-Unis, une douzaine d’ « agences de maternité de substitution » a constaté une forte augmentation de la clientèle chinoise. 

* 40 millions de personnes sont infertiles en Chine
 

<p> Lalibre.be 08/12/2013 - Bioedge (Michael Cook) 07/12/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres