“La demande de mise en œuvre d’une procédure active d’euthanasie est rarissime”

Publié le 7 Juin, 2021

Dans une tribune adressée aux députés ayant soutenu la proposition de loi visant à légaliser l’euthanasie (Cf.  La PPL Falorni tombe en désuétude – le spectacle exagéré des promoteurs de l’euthanasie) et publiée par Le Figaro, 80 médecins et professionnels de l’hospitalisation à domicile rappellent que leur mission est « d’apaiser les souffrances physiques et psychiques des malades ».

En effet, si l’offre de soins palliatifs, notamment à domicile, demeure insuffisante en France, ils soulignent les nombreux progrès dans l’accompagnement des malades et le soulagement de leurs symptômes. De même, bien que certains patients expriment « leur souhait d’en finir », les soignants estiment que « [leur] rôle est d’accompagner ces moments et d’aider à surmonter ces épisodes d’angoisse ». Enfin, les signataires de cette tribune rappellent que « la demande de mise en œuvre d’une procédure active d’euthanasie est rarissime ». Ils reçoivent même de nombreux témoignages de patients et de familles les remerciant « de leur avoir permis, jusqu’à la fin, de profiter les uns des autres et de vivre, ensemble, des moments malgré tout heureux. » Il convient aussi de faire connaître, afin qu’elles soient davantage utilisées, la possibilité de déposer des directives anticipées.

Durant leurs études, les soignants apprennent à « tout mettre en œuvre pour sauver et guérir les malades » . Les pratiques euthanasiques sont contraires à toute déontologie. La souffrance, la maladie et le handicap ne sont pas en eux-mêmes sources d’indignité. Philippe Pozzo di Borgo et Marie Annick Pavageau vont même jusqu’à rappeler que « le respect témoigné par les soignants et leurs aidant a permis que soit préservée leur dignité d’homme et de femme et qu’ils ont su, malgré leur handicap, donner un sens à leur vie. » (cf. Euthanasie : « Ce prétendu droit m’enlève ma dignité, et tôt ou tard, me désigne la porte »). Enfin, les 80 signataires de cette tribune s’interrogent légitimement : « En octroyant ce droit à mourir « médicalement », comment ne pas craindre que dans le futur, notre société n’en soit pas à reprocher à des personnes, atteintes de maladies incurables, de ne pas faire usage de ce droit ? »

Un tel sujet sociétal « mérite un débat non pas seulement au Parlement mais au sein de la société dans son ensemble ».

 

Source : Le Figaro, Tribune collective (04/06/2021)

Partager cet article

Synthèses de presse

Italie: selon le tribunal d’Ancône il existe un "droit au suicide"
/ Fin de vie

Italie: selon le tribunal d’Ancône il existe un “droit au suicide”

Le tribunal d'Ancône interprète un arrêt de la cour constitutionnelle dépénalisant l'aide au suicide comme un droit personnel au suicide ...
Australie: Marie Stopes International ferme des cliniques d'avortement
/ IVG-IMG

Australie: Marie Stopes International ferme des cliniques d’avortement

Dans la région du Queensland, les cliniques d’avortement n’étant plus « financièrement viables », fermeront en juillet ...
10_open_data
/ E-santé

Neuf applications de santé sur dix récoltent les données de leurs utilisateurs

Une étude révèle de « graves problèmes de protection de la vie privée et des pratiques de protection de la ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres