La Commission d’éthique protestante évangélique souhaite une meilleure application de la loi Leonetti

Publié le : 1 août 2012

Réagissant au discours de François Hollande du 17 juillet dernier (Cf Synthèse de presse Gènéthique du 17/07/12), Luc Olekhnovitch, président de la Commission d’éthique protestante évangélique, « s’est réjoui de la volonté affichée [par le Chef de l’Etat] d’appliquer tous les éléments de la loi Leonetti sur les soins palliatifs« . Dans le même temps, il a précisé : « nous ne pouvons qu’approuver son engagement à développer [les soins palliatifs], y compris à domicile et partager sa conviction qu’il faut aider les familles qui accompagnent un des leurs en fin de vie ».
Tout en ne souhaitant pas « préjuger des résultats du débat« , le président de la Commission d’éthique protestante évangélique veut rester « attentif à la protection des plus fragiles et des plus faibles, dont le président a lui-même fait un devoir d’Etat« .
A propos de la loi Leonetti, Luc Olekhnovitch estime qu’elle a « déjà ‘renforcé le droit du malade à décider de son sort’, [en créant] ‘un cadre légal pour l’arrêt des soins’, et posé ‘les conditions d’un dialogue, dans la transparence, entre patients, soignants et familles’ « . Effectuant un bilan à propos de l’application effective de cette loi, le président de la Commission d’éthique protestante évangélique considère en revanche qu’elle « se heurte […]  à la faible sensibilisation du public aux réalités de la fin de vie » et ouvre donc un « défi », celui de « la diffusion d’une ‘culture palliative’ partagée par l’ensemble des professionnels de santé« .
 

<p>La Croix.fr 31/07/12</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres