La CEDH juge irrecevable la requête d’une mère refusant l’arrêt des soins de sa fille

Publié le 22 Avr, 2021

La fille de Paula Parfitt, 5 ans, souffre d’une encéphalopathie nécrosante aiguë qui la laisse « dans un état végétatif permanent ». L’hôpital britannique dans lequel elle se trouve souhaite arrêter de la soigner, en dépit de sa mère qui désire continuer les soins avec une hospitalisation à domicile. Le 19 mars dernier, la Cour d’appel a confirmé la décision initiale de l’hôpital (cf. La Haute Cour britannique retire l’assistance respiratoire d’une fillette de 5 ans contre l’avis de sa mère). Le 1er avril, la Cour suprême a refusé de se pencher sur la question.

Le 9 avril, la requête a été introduite auprès de la Cour européenne des droits de l’homme (requête n° 18533/21), et le 12 avril, Paula Parfitt a obtenu une mesure provisoire « suspendant l’arrêt du traitement de maintien en vie », en vertu de l’article 39 du règlement de la Cour. La requérante a invoqué l’article 2 (droit à la vie) et l’article 8 (droit au respect de la vie privée et familiale). Elle considère que l’arrêt du traitement de maintien en vie viole les droits de sa fille et que les juridictions internes n’ont « pas suffisamment tenu compte de la vie familiale de la mère et de l’enfant ».

La Cour européenne des droits de l’homme a publié sa décision définitive le 21 avril : à l’unanimité, elle déclare la requête irrecevable et suspend la mesure provisoire de maintien en vie.

  • Concernant l’article 2, « la Cour a estimé que le cadre réglementaire en vigueur au Royaume-Uni ne présentait aucune irrégularité en matière de respect de l’obligation des autorités nationales à protéger le droit à la vie ». Le tribunal considère donc que « malgré la présomption selon laquelle la vie doit être préservée (…) il n’est pas dans l’intérêt supérieur de l’enfant que sa vie soit prolongée ».
  • Concernant l’article 8, la Cour estime qu’aucune décision des juridictions internes n’a été « arbitraire », et que chaque examen des tribunaux s’est montré « méticuleux et approfondi ». « Ce faisant, ils ont dûment tenu compte de l’intérêt supérieur de l’enfant ». La Cour a donc estimé que ce grief « devait également être rejeté comme manifestement mal fondé ».

 

Photo : iStock\DR

Partager cette article

Synthèses de presse

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

Editas Medicine mène un essai clinique sur des patients atteints d’amaurose congénitale de Leber, dans l’espoir de leur rendre la ...
Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Le petit Keyo Blue, atteint de trisomie 18, a vécu pendant 10 heures après une interruption médicale de grossesse ...
Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Dans le cadre d'un essai clinique Jérémy Hage a a reçu cœur artificiel, retiré au profit d'un greffon naturel au ...