La Haute Cour britannique retire l’assistance respiratoire d’une fillette de 5 ans contre l’avis de sa mère

Publié le 22 Mar, 2021

Paula Parfitt, veuve de 41 ans, souhaite le maintien de l’assistance respiratoire de sa fille Pippa, âgée de 5 ans, atteinte d’une encéphalopathie nécrosante aiguë. Paula aimerait que sa fille quitte l’hôpital et continue ses soins à domicile, avec un respirateur transportable. L’hôpital permet déjà régulièrement à Pippa « de sortir pendant de longues périodes sous ventilation portable sans aucun problème ». La fillette est hospitalisée à l’hôpital pédiatrique Evelina de Londres. Ses premières crises sont apparues peu avant l’âge de 2 ans, et elle se trouve dans un « état végétatif » (cf. Etats de conscience altérée : de nombreuses pistes de recherche).

En décembre dernier, une décision de la Haute Cour rendue par le juge Poole a estimé que la ventilation artificielle devait être stoppée, et que la fillette devait être « autorisée à mourir ». Sa mère a fait appel de la décision, mais les juges de la Cour d’Appel, Lord Justice Baker, Lady Justice King et Lady Justice Elisabeth Laing, ont « maintenu la décision ». Ils estiment « que le juge était en droit » de faire ce choix et qu’il est « légal et dans l’intérêt supérieur de Pippa ».

Le juge Baker a cependant tenu à reconnaître qu’ « aucun parent n’aurait pu faire plus que la mère de Pippa pour prendre soin de son enfant ou se battre pour son avenir ». Mais elle a ajouté immédiatement que « comme [le juge Poole] l’a observé à la fin de son jugement », « la loi confie la responsabilité des décisions au tribunal, et non au parent ».

Madame Parfitt est « dévastée » par la décision. Elle compte porter l’affaire devant la Cour Suprême. « Je veux que Pippa ait toutes les chances possibles de rentrer chez elle et d’être avec sa famille », explique-t-elle.

Source : Guardian, Molly Blackall (19/03/2021) ; Pixabay\DR

Partager cette article

Synthèses de presse

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

Editas Medicine mène un essai clinique sur des patients atteints d’amaurose congénitale de Leber, dans l’espoir de leur rendre la ...
Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Le petit Keyo Blue, atteint de trisomie 18, a vécu pendant 10 heures après une interruption médicale de grossesse ...
Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Dans le cadre d'un essai clinique Jérémy Hage a a reçu cœur artificiel, retiré au profit d'un greffon naturel au ...