Jean-Louis Gigli salue une France « respectueuse de la vie humaine »

Publié le 26 Juil, 2015

« Le tétraplégique français Vincent Lambert, en état de conscience minimale depuis 2008, sera maintenu en vie. Plus qu’inattendue, cette nouvelle ne peut que réjouir ceux qui pensent que nul ne peut avoir pouvoir sur la vie d’autrui », a déclaré dans une note Jean-Louis Gigli, député du groupe Centre démocrate et président du Mouvement pour la Vie italien.

 

« La France s’est révélée plus respectueuse de la vie humaine que le fut le Frioul dans le cas d’Eluana Englaro », ajoute-t-il en rappelant qu’« a Udine, on a laissé mourir une personne avec un lourd handicap, sur la base de ses soi-disant souhaits, en la confiant à une association qui opère dans une structure non-autorisée, mais couverte par le gouvernement régional, et tout ça malgré des irrégularités administratives évidentes » (cf. Synthèse Gènéthique du 01 mars 2009).

 

Jean-Louis Gigli souligne l’importance de ce combat qui consiste à faire en sorte « que personne ne soit condamné à mourir sous prétexte que la dignité de sa vie serait moins importante ».

 

Note Gènéthique : 

Pour plus d’informations et réactions sur la décision concernant Vincent Lambert, Gènéthique Vous Informe du 23 juillet 2015 : Vincent Lambert : La décision du Dr Simon laisse espérer “l’amorce d’une évolution sage”

 

 

 

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres