Japon : vers l’autorisation des avortements médicamenteux ?

Publié le 2 Juin, 2022

Au Japon, l’avortement médicamenteux pourrait être autorisé d’ici la fin de l’année. C’est l’entreprise Linepharma International qui a fait pression, via sa demande de mise sur le marché de la mifépristone et du misoprostol en décembre 2021. Actuellement, les avortements chirurgicaux sont autorisés dans ce pays[1], sous réserve de l’accord du conjoint ; ils ne sont pas pris en charge, et représentent un coût d’environ 700 à 1200 euros. 140 000 avortements ont été pratiqués de cette façon en 2020, selon les chiffres du ministère de la santé.

La prescription d’un avortement médicamenteux serait de la même façon soumis à l’accord écrit du partenaire. « Nous pensons que le consentement du conjoint est nécessaire » confirme Yasuhiro Hashimoto du ministère de la santé. Cette condition est largement commentée et décriée, y compris par l’OMS qui la considère comme une « discrimination » à l’égard des femmes.

Les avortements médicamenteux ne seront pas non plus pris en charge, et coûteraient environ 725 euros par prescription.

[1] Depuis 1948 ; la contraception a pour sa part été commercialisée en 1999.

Sources : Japan Times (20/05/2022) ; Guardian, Justin McCurry (31/05/2022) ; Madame Figaro, Tiphaine Honnet (01/06/2022)

 

Partager cet article

Synthèses de presse

Etats-Unis : un distributeur de contraception d’urgence dans une université
/ IVG-IMG

Etats-Unis : un distributeur de contraception d’urgence dans une université

L’université George Washington de Washington DC a installé un distributeur automatique de contraception d’urgence ...
PMA : plus de 500 Japonaises ont eu recours à des donneurs de sperme étrangers
/ PMA-GPA

PMA : plus de 500 Japonaises ont eu recours à des donneurs de sperme étrangers

Depuis mars 2019, plus de 500 Japonaises ont eu recours à la banque de sperme Cryos International basée au Danemark ...
Euthanasie : un nouveau "non" de la Cour constitutionnelle portugaise
/ Fin de vie

Euthanasie : un nouveau “non” de la Cour constitutionnelle portugaise

La Cour invoque une « intolérable imprécision » dans la rédaction de la proposition de loi visant à dépénaliser l'euthanasie au Portugal ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres