IVG : toujours plus

Publié le 18 Jan, 2011

L’Association nationale des centres d’interruption de grossesse et de contraception (ANCIC), la Coordination nationale des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception (CADAC) et le planning familial adressent un recours au Premier ministre François Fillon. Ils estiment que la loi Aubry du 4 juillet 2001 est mal appliquée.

Ainsi, selon Jean-Claude Magnier, président de l’ANCIC et responsable du service d’orthogénie à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre, de nombreuses entorses à la loi seraient faites, notamment en ce qui concerne les mineures : "certaines structures rechignent à les accepter [les mineures], ou demandent un mot des parents, parfois l’identité de l’accompagnant, voire un moyen de paiement." Il estime également que l’éducation à la santé et à la sexualité dans les écoles n’est pas faite et que le désengagement des hôpitaux par rapport à l’IVG est de plus en plus important. Il déplore enfin que la hausse de 50% des forfaits versés aux établissements pratiquant les IVG et promise par Roselyne Bachelot n’ait pas été faite.

François Fillon a deux mois pour répondre à ce recours. Après quoi, les associations menacent d’engager un recours en contentieux devant le juge administratif.

Le Quotidien du médecin.fr (Coline Garé) 17/01/11 – Romandie News 17/01/11

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres