IVG : la proposition de loi de C. Boutin

Publié le : 19 janvier 2005

Dans le Monde, Christine Boutin députée UMP des Yvelines et présidente du Forum des républicains sociaux fait le bilan de 30 ans de loi Veil. Si le nombre de grossesses non prévues a diminué, on constate, en revanche, une hausse de la propension à recourir à l’avortement.

Cette évolution pose "la problématique de l’orientation eugéniste de notre société" souligne-t-elle. "La procréation est pensée dans le cadre général d’une société  qui s’estime capable de programmer et maîtriser tous les évènements de la vie, dont celui d’avoir des enfants" ajoute-t-elle.

Elle dénonce la pression psychologique subie par les femmes découvrant une grossesse imprévue ainsi que le prétendu "devoir de planification" très culpabilisant. Plus largement, cette approche négative de la maternité "requiert de s’interroger sur la véritable place de la femme et de son enfant dans notre société et de sa dite libération" ajoute t-elle.

C‘est pourquoi Christine Boutin a déposé une proposition de loi "tendant à favoriser l’aide aux femmes enceintes en difficulté". Cette proposition veut créer une alternative à l’avortement et érige le principe qu’aucune femme ne doit avorter pour des raisons économiques.

Elle préconise une meilleure information sur l’IVG et ses conséquences ainsi que sur les solutions apportées : structures d’accueil et d’hébergement d’urgence, soutien psychologique, service de consultation pour le suivi post-abortif, aides éducatives à l’accueil de l’enfant.

Enfin, elle souhaite la mise en place d’un observatoire consacré à la "prévention de l’IVG et l’accueil de la vie". 

Le Monde 19/01/05

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres