IVG : « Je suis très attachée à la liberté des individus de faire des choix mais, pour moi, elle s’arrête là où commence la vie des autres »

Publié le 10 Déc, 2020

Magdalena Blenska est architecte, ancienne députée et vice-présidente du parti polonais Porozumienie. Et la jeune femme de 37 ans est favorable à la décision du Tribunal constitutionnel qui a déclaré que le recours à l’avortement en cas de « malformation du fœtus » n’est pas conforme à la constitution (cf. Pologne : l’avortement eugénique n’est pas conforme à la constitution).

« La loi actuelle a été votée il y a 27 ans et, depuis, la médecine a réalisé d’incroyables progrès, certaines maladies graves sont bien mieux soignées, explique-t-elle. Une malformation cardiaque peut par exemple être opérée aujourd’hui chez le nouveau-né. » Alors elle suggère que soit créé un « conseil scientifique et éthique » pour éviter les avortements eugéniques. En effet, Magdalena Blenska ne « voit pas pourquoi [les anomalies génétiques] seraient un critère d’éligibilité à l’avortement, si la vie de la mère ou de l’enfant n’est pas en jeu ». « Je suis très attachée à la liberté des individus de faire des choix mais, pour moi, elle s’arrête là où commence la vie des autres, et cela dès le tout début. » (cf. Pologne : une proposition de loi pour interdire les avortements eugéniques)

Le président de la République, Andrzej Duda « vient de déposer un projet de loi » sur le sujet. Pour l’ancienne députée les amendements risquent d’être nombreux. « Ce genre de loi est très difficile à écrire, car la distinction qui sera établie entre les maladies létales et non létales est de plus en plus difficile à cerner. »

Contre la criminalisation de l’avortement et l’arrêt des tests prénataux – « nous voulons que les enfants puissent être soignés à temps » explique-t-elle -, elle ne s’oppose pas à la liberté des femmes. « Personne ne demande [aux femmes d’être mères contre leur gré] affirme-t-elle. Une femme qui ne peut ou qui ne veut pas élever son enfant a la possibilité de le confier à une institution ». En Pologne, il existe 67 « fenêtres de vie », des « lucarnes ouvrables depuis l’extérieur, donnant accès à un sas chauffé et ventilé » (cf. Pologne : une 3ème ”fenêtre de la vie”). Une alarme permet d’alerter des « religieuses infirmières » qui préviennent une ambulance pour emmener le nouveau-né à l’hôpital. Un système « contesté par les Nations unies », car « l’abandon anonyme d’un bébé constitue une violation de la convention des droits de l’enfant ».

Source : La Croix, Jean-Baptiste François (10/12/2020)

Partager cet article

Synthèses de presse

"Aide médicale à mourir" : débat au Parlement britannique
/ Fin de vie

“Aide médicale à mourir” : débat au Parlement britannique

Les députés britanniques ont débattu sur la légalisation de l'"aide à mourir" pour les "adultes mentalement compétents et en phase ...
02_google
/ IVG-IMG

Avortement : Google supprime les données de localisation

Google prévoit de supprimer automatiquement les données de localisation des utilisateurs en cas de visite dans une « clinique spécialisée ...
piglet-1639587_960_720
/ Don d'organes

Xénogreffe : des précisions sur la greffe cardiaque réalisée en janvier

L’autopsie du patient est détaillée dans un article publié le 22 juin. Les chirurgiens espèrent lancer un essai clinique ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres