[INTERVIEW] Daniela Cerqui : le transhmanisme n’est plus de la science-fiction

Publié le : 16 juillet 2014
L’anthropologue suisse Daniela Cerqui, de l’Université de Lausanne, donne une interview au site Rue89 dans laquelle elle montre comment le transhumanisme devient une réalité dans notre société. « Quand nous serons tous des cyborgs, il sera trop tard ». Un appel à la réflexion. 

 

Daniela Cerqui définit le transhumanisme comme « une idéologie portée par différents courants des sociétés occidentales affirmant qu’il est du devoir de l’homme d’utiliser toutes les avancées possibles des sciences et des technologies pour augmenter ses performances ». Son but est de perfectionner l’homme pour qu’il reste« jeune et en bonne santé », « quitte à parvenir à un point de rupture évolutif au-delà duquel nous ne pourrons plus parler d’humain mais de post-humain ». L’hybridation homme-machine « a déjà commencé », comme le montrent les Google Glass.

 

Pour Daniela Cerqui, il y a nécessité d’entamer une réflexion pour tenter de maîtriser cet « engrenage ». En effet, plusieurs facteurs laissent penser que la marche vers l’homme augmenté ne s’arrêtera pas d’elle-même.
  • D’abord, parce que la logique améliorative (l’homme perfectionné) est la continuité de la logique thérapeutique (l’homme réparé). 
  • Ensuite parce que certains transhumanistes ont des positions influentes, ce qui leur permet de diffuser leurs idées. A titre d’exemple, Ray Kurzweil qui a fondé la Singularity University, établissement privé financé par Google et la Nasa, est également membre du conseil d’administration du MIT (Massaschusetts Institute of technology, l’un des plus célèbres centres de recherches du monde) et membre de l’Army Science Advisory Board, chargé de conseiller l’armée américaine dans les domaines scientifiques et techniques. 
  • Enfin, parce que nous sommes « prêts à devenir un être bionique ». Elle donne comme exemple le pacemaker, ce dispositif permettant d’allonger la vie de certains cardiaques.

 

Elle s’inquiète des conséquences pour la société, remarquant que notre tolérance face à la vieillesse et au handicap s’affaiblit de plus en plus : « le cas de la trisomie 21 est également assez éloquent. À l’heure du diagnostic prénatal, la possibilité de laisser venir au monde un enfant trisomique est de moins en moins acceptée par la société. Résultat : la naissance d’un enfant atteint est considérée comme un échec ». Si à titre individuel, « on ne peut que se réjouir des avancées techno-scientifiques », le transhumanisme n’est pas souhaitable collectivement.

 

Lire l’interview dans son intégralité. 

 

<p><span>Rue89 (</span><span>Cécile Lestienne</span><span>) 13/07/2014 </span></p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres