Infertilité : une nouvelle définition pour élargir encore plus l’accès aux méthodes de procréation ?

Publié le : 26 octobre 2016

Les célibataires seront désormais classés comme « infertiles », s’ils n’ont pas d’enfants mais veulent devenir un jour parents, conformément à la nouvelle définition de l’infertilité proposée par l’Organisation Mondiale de la Santé. Pour elle, cette nouvelle définition va permettre à ces personnes d’avoir accès plus facilement aux méthodes de procréation médicalement assistées (cf. L’OMS veut proposer un « droit à se reproduire » pour tous).

 

L’infertilité n’est plus considérée comme uniquement médicale : jusqu’à présent, l’infertilité était l’inaptitude de concevoir après une année de rapports sexuels réguliers. Désormais, l’infertilité recouvre aussi les personnes n’ayant pas de partenaire sexuel pour concevoir. Les auteurs de cette nouvelle définition ont justifié ce changement, arguant que cette nouvelle définition donnait à chacun « le droit de se reproduire ».

 

En effet, avec cette définition, les célibataires hétérosexuels et les hommes ou femmes homosexuel(le)s auront les mêmes droits d’accès à la FIV que les couples hétérosexuels ayant une infertilité médicale.

 

L’OMS souhaite faire réagir le National Health Service (NHS), le système de la santé publique du Royaume-Uni, pour qu’il change lui aussi la définition de l’infertilité et ouvre les méthodes de procréation au plus grand nombre.

 

Plusieurs critiques dénoncent une « absurdité absurde » de l’OMS, affirmant que les couples infertiles pour raisons médicales ont désormais moins de chances d’avoir un enfant.

 

<ul> <li>The Telegraph (Henry Bodkin) 26/102016.</li> </ul> <p>Photo : Pixabay, DR.</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres