Infertilité : découverte d’un gène en cause dans le syndrome des ovaires polykystiques

Publié le 9 Mai, 2019

Un gène jouant un rôle majeur dans le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) a été découvert par l’équipe du docteur Andrea Dunaif à New York. Une découverte importante pour comprendre le mécanisme en jeu et ouvrir la voie au traitement de ce syndrome qui entraîne une infertilité des femmes touchées.

 

L’équipe a effectué une analyse génétique chez des membres de 62 familles touchées par la maladie (parents, filles en âge de procréer atteintes et filles non affectées), qui leur a permis de déterminer quels gènes comportaient des variants susceptibles d’endommager les ovaires. Les résultats montrent que des variants génétiques rares du gène DENND1A, impliqué dans la production de testostérone, étaient présents dans plus de la moitié des familles, ce qui concorde avec le niveau de testostérone élevé observé chez les femmes atteintes de SOPK.

 

Pour le docteur Dunaif, cette découverte publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, « facilitera un diagnostic plus précoce, des traitements plus ciblés et une guérison possible », via des tests génétiques.

 

Bionews (7/05/2019)

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres