Implants contraceptifs Essure : « des douleurs comme des aiguilles », plusieurs plaintes ont été déposées

Publié le : 9 décembre 2016

En France, deux femmes ont annoncé lancer une action en justice contre le laboratoire pharmaceutique allemand Bayer, qui fabrique l’implant contraceptif Essure. Elles dénoncent les effets secondaires handicapants de ce dernier, citant entre autres : troubles musculaires, dépression sévère, douleurs abdominales, perte de poids importantes ou encore troubles musculaires. L’avocat des deux plaignantes, qui est aussi celui du scandale Médiator, étudie 28 autres dossiers dans lesquels apparaissent les mêmes troubles (cf. Une étude pointe un lien entre contraception et dépression).

Environ 120 000 femmes ont eu recours à une contraception définitive grâce à cet implant, qui s’adresse aux femmes qui ne veulent plus avoir d’enfant, mais qui ne veulent pas procéder à une ligature des trompes.

Ces implants définitifs sont placés dans chaque trompe, afin de « les boucher » pour empêcher les spermatozoïdes d’atteindre les ovules. Une centaine de centres hospitaliers français sont autorisés à pratiquer cette intervention, remboursée par la Sécurité sociale (cf. La contraception en France).

Sur Facebook, un groupe a été créé. Nommé Essure France : alerte !, où les femmes partagent les douleurs ressenties. L’une d’elle décrit, par exemple, des « douleurs comme des aiguilles » venant se planter dans son ventre et son dos. Une autre avait l’impression qu’elle « avançait dans le noir », avant de découvrir ces autres témoignages. L’administratrice en charge du groupe explique : « Trop de gynécos n’écoutent pas les femmes, voire réfutent les effets secondaires. Ici, elles se sentent moins seules ».

L’Agence du médicament a annoncé que le dispositif est sous surveillance renforcée à cause de ces effets secondaires. Certains gynécologues avouent aussi avoir arrêté d’en poser. Ce combat contre ces implants est aussi apparu outre-Atlantique : aux États-Unis, où la contraception définitive est beaucoup plus courante qu’en France, plus de 9 500 plaintes ont été déposées (cf. Le débat américain sur la stérilisation s’exporte en France).

Source : Reuters, 09/12/2016

<p>Photo : Pixabay, DR.</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres