Greffes : des autorisations de prélèvements plus larges

Publié le 21 Fév, 2008

En France, 40 000 personnes vivent grâce à une greffe d’organes. L’année dernière, 4 664 transplantations, surtout de rein et de foie et à un moindre degré de cœur, ont été réalisées. En publiant ces résultats, l’Agence de la Biomédecine s’est félicitée de ces chiffres en constante augmentation. Elle a toutefois souligné le manque important de greffons.

Rappelons que plus de 90% des greffons sont prélevés chez des patients en état de mort encéphalique (suite à un traumatisme crânien après un accident de la circulation ou à un accident vasculaire cérébral) à l’hôpital, en service de réanimation. Pour permettre le prélèvement, l’activité cardiaque et la respiration sont maintenues quelques heures après le décès pour préserver les organes. Mais ces morts encéphaliques ne représentent que 1% des décès à l’hôpital.

Deux autres alternatives ont donc été mises en place pour pallier ce "manque". En premier lieu, le prélèvement sur donneur vivant, au profit d’une personne très proche de lui. Ceci quasiment exclusivement pour des greffes de rein.

En second lieu, le prélèvement sur des personnes décédées d’un arrêt cardiaque. Quand le SAMU ou les pompiers qui ont pris en charge ces personnes estiment que toutes les méthodes de "ressuscitation" ont échoué, ils contactent le service de prélèvement. Ces greffes ne concernent pour l’instant que les reins. Le service hospitalier doit s’assurer de l’accord de la famille du défunt. Pour l’instant, seuls 10 centres hospitaliers ont été autorisés à avoir recours à une telle pratique.

Lire en ligne le dossier sur les prélèvements et les greffes d’organes en France

Le Figaro (Catherine Petitnicolas) 21/02/08 – Le Quotidien du Médecin (Audrey Bussière) 22/02/08 – Les Echos.fr 27/02/08

Partager cet article

Synthèses de presse

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?
/ Fin de vie

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?

Certains patients souffrant de lésions cérébrales traumatiques et décédés après l'arrêt des traitements de « maintien en vie » auraient pu se ...
Estonie : condamné pour assistance au suicide
/ Fin de vie

Estonie : condamné pour assistance au suicide

Le tribunal du comté de Tartu, en Estonie, a condamné un homme en raison de ses activités illégales liées à ...
Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant
/ Génome

Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant

La tentative d'Excision BioTherapeutics d'utiliser une thérapie génique basée sur l’outil CRISPR pour guérir le VIH ne s’est pas montrée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres