Greffe du visage : nouvelle régulation immunitaire ?

Publié le 9 Déc, 2005

Une deuxième greffe de cellules souches de moelle osseuse devrait être pratiquée aujourd’hui sur la femme ayant subi une greffe du visage. Ces cellules souches ont été prélevées sur la femme-donneur puis congelées.

Il s’agit donc d’administrer un matériel biologique étranger dans un organisme qui vient de recevoir un greffon de tissus composites et qui subit donc un lourd traitement immunosuppresseur pour éviter tout rejet. Cette technique, apparemment paradoxale, a déjà fait ses preuves lors de greffes de main pratiquées en 1998 et en 2002 à Lyon par l’équipe du Pr Jean-Michel Dubernard. Celui-ci explique : "En greffant des cellules souches de moelle osseuse, nous postulions que celles-ci allaient pouvoir, via leur passage dans le thymus de la personne greffée, générer des lymphocytes du donneur, ces cellules du système immunitaire qui induisent, du fait de leur présence, une tolérance vis-à-vis du greffon". Lors des premières greffes de cellules souches, les chercheurs n’avaient pas retrouvé de lymphocytes du donneur dans le sang circulant du receveur et plus de deux ans après la greffe, ils avaient constaté l’apparition dans la peau du greffon, de lymphocytes du receveur qui ne peuvent pas reconnaître les antigènes du donneur. L’équipe du Pr Dubernard a ainsi reconnu un mécanisme de régulation immunitaire qui fera bientôt l’objet d’une publication scientifique.

Le Monde (Jean-Yves Nau) 09/12/05

Partager cet article

Synthèses de presse

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?
/ Fin de vie

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?

Certains patients souffrant de lésions cérébrales traumatiques et décédés après l'arrêt des traitements de « maintien en vie » auraient pu se ...
Estonie : condamné pour assistance au suicide
/ Fin de vie

Estonie : condamné pour assistance au suicide

Le tribunal du comté de Tartu, en Estonie, a condamné un homme en raison de ses activités illégales liées à ...
Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant
/ Génome

Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant

La tentative d'Excision BioTherapeutics d'utiliser une thérapie génique basée sur l’outil CRISPR pour guérir le VIH ne s’est pas montrée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres