Greffe d’organe et cancer : des chercheurs évaluent le risque

Publié le 20 Sep, 2021

Des chercheurs américains ont évalué le nombre d’« années de vie perdues » en raison d’un cancer chez les personnes ayant subi une transplantation. En effet, ces personnes ont un risque « élevé » de développer un cancer, « principalement » en raison de l’immunosuppression générée par les médicaments destinés à prévenir le rejet de l’organe, ainsi que de leur état de santé initial.

Les scientifiques ont examiné les données des registres américains des transplantations d’organes et de cancer, de 1987 à 2014. 13 074 receveurs, soit 5,9% des personnes transplantées, ont développé un cancer dans les 10 ans qui ont suivi la greffe d’organe. Et au cours de cette période de dix ans, ces patients « ont perdu en moyenne 2,7 années de vie » à cause du cancer. Le cancer du poumon et le lymphome non hodgkinien conduisaient eux à une réduction de la durée de vie d’environ cinq ans, « l’impact le plus important ».

Ce sont les receveurs de poumons qui ont perdu le plus d’années de vie à cause du cancer, suivis par les receveurs de cœur. Globalement, « le cancer était responsable de 11 % de toutes les années de vie perdues, toutes causes confondues ». S’appuyant sur ces résultats publiés dans Cancer, une revue à comité de lecture de l’American Cancer Society[1], les auteurs de l’étude soulignent l’importance de la prévention et du dépistage du cancer chez les personnes ayant subi une transplantation.

 

[1] Noone, A-M., et al. (2021) Life-years lost due to cancer among solid organ transplant recipients in the United States, 1987-2014. Cancer. doi.org/10.1002/cncr.33877.

Source : News Medical, Emily Henderson (20/09/2021)

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres