Gratuité de la contraception depuis le 31 mars 2013

Publié le : 2 avril 2013

 Depuis le 31 mars 2013, les modes de contraception sont gratuits pour les mineures: « les jeunes filles de 15 à 18 ans peuvent désormais obtenir gratuitement en pharmacie une pilule de première ou deuxième génération, un stérilet ou un implant hormonal« , sous deux conditions: « obtenir une ordonnance chez un médecin puis, à la pharmacie, présenter la carte Vitale de leurs parents ou une attestation d’affiliation à un régime de Sécurité sociale« . Jusqu’à cette date, ces moyens de contraceptions étaient remboursés à hauteur de 65%. En revanche, cette gratuité ne concerne pas les pilules de 3è et 4è génération, déremboursées depuis le 31 mars, en raison des risques sanitaires. Il en est de même pour l’anneau vaginal, le préservatif ou le patch contraceptif, qui ne font pas l’objet de remboursement.

 

Si l’avortement est également remboursé en totalité depuis le 31 mars dernier, sa gratuité ne fait pas l’unanimité au sein du corps médical. Ainsi, contactée par le quotidien Metro, une gynécologue exerçant en hôpital public estime que rendre l’avortement gratuit présente un risque de « banalisation de cet acte médical« . Elle ajoute: « de nombreuses femmes sont tentées de croire que l’IVG est une solution contraceptive en soi, et reviennent régulièrement dans nos services pour subir un avortement« . La gynécologue « regrette ainsi que le gouvernement n’investisse pas pour ‘palier le manque de personnel médical ainsi que dans une meilleure politique de prévention en amont, qui apporterait plus aux femmes’ « . 

 

<p> Metrofrance.com 31-03-2013 - La Croix (Pierre Bienvault) 01/04/13 - RFI.fr</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres