Grande Bretagne : le don de sperme n’est plus anonyme

Publié le 1 Avr, 2005

Le don de sperme n’est plus anonyme en Grande -Bretagne. Les enfants conçus après avril 2005 par assistance médicale à la procréation avec recours d’un donneur, pourront à l’âge de 18 ans et 9 mois demander l’identité de leur père biologique.
La loi a été adoptée sur trois arguments majeurs : le non anonymat garantirait une certaine forme de "traçabilité" du sperme, plus de transparence sur cette procédure permettrait de valoriser le don de sperme et la fécondation in vitro au yeux du grand public, les familles concernées et leurs enfants ainsi conçus auront toutes les données pour aider à retrouver le géniteur…

Les sondages effectués montrent pourtant une réticence de la population à une telle loi sur la levée de l’anonymat du don de sperme. Au Pays-Bas, où le don de sperme n’est plus anonyme depuis un an, près de 40 % des couples ayant recours au don de sperme conservent le principe de l’anonymat. Les sondages réalisés en Grande Bretagne sur cette question montrent que 61 % des couples ayant eu recours à l’insémination artificielle avec donneur "demeurent hostiles à l’idée de raconter l’histoire de sa conception à son enfant", 13% des couples en ont parlé à leur enfant âgé entre 4 et 8 ans et 26 % des couples y songent quand l’enfant aura grandi. 

Le gouvernement britannique espère ainsi augmenter les dons de sperme. En Grande Bretagne, 250 hommes donnent leur sperme, 1 100 femmes leurs ovules. Les autorités sanitaires estiment qu’il faudrait 500 donneurs de sperme et 1 500 donneuse d’ovules pour pallier à la demande. Or, les cliniques se plaignent que le nombre de donneurs de sperme ait considérablement diminué depuis les rumeurs sur la levée de l’anonymat du don de sperme à la fin des années 1990. Les indécis expliquent qu’ils renoncent au don de sperme sans anonymat de peur d’être identifiés…

La Croix (Chloé Leprince) 01/04/05

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

booties-2047596_1920

Choisir le sexe de son futur bébé : un marché de 500 millions de dollars

Aux Etats-Unis, sélectionner le sexe de son futur enfant dans le cadre d’une fécondation in vitro est légal. Un marché ...
hacker
/ E-santé

Ecosse : des données relatives à la santé mentale d’enfants divulguées

Le NHS Dumfries and Galloway a confirmé que des données relatives à la santé mentale d’enfants ont été publiées par ...
pape_francois
/ Fin de vie

Pape François : l’euthanasie est « un échec de l’amour »

S’adressant aux participants du symposium sur les soins palliatifs, le Pape a rappelé que l’euthanasie « n’est jamais une source ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres