Fracture générationnelle entre « jeunes » et « vieux » : un rapport alerte sur les impacts de la crise sanitaire

Publié le 31 Mar, 2021

La crise du Covid a accentué la fracture générationnelle entre les personnes âgées et les « jeunes », ainsi que la défiance réciproque. Les restrictions sanitaires « ont renvoyé dos à dos des aînés isolés et une jeune génération ‘sacrifiée’ ». C’est le triste constat que font les Petits frères des pauvres dans un rapport intitulé Isolement des personnes âgées : les impacts de la crise sanitaire, publié mardi.

En collaboration avec le Cercle Vulnérabilités et Société, l’association a réalisé 100 entretiens avec des séniors de plus de 60 ans, dont 45 résidents en Ehpad. Une « image négative » de la jeunesse se dégage de ces entretiens. Renée, 90 ans, se dit « révoltée » quand elle voit des jeunes sans masques assis à dix sur le même banc. « Comment voulez-vous que le virus ne continue pas son chemin ? » Beaucoup de personnes âgées ont mal vécu le retour partiel à la normale de l’été dernier. Phénomène qui s’est accentué cet hiver « quand on entendait que ‘Papy et Mamie’ devaient rester à la cuisine à Noël pour manger la bûche ». Pour Yann Lasnier, délégué général des Petits frères des pauvres, les médias ont véhiculé en permanence une forme de « bashing » des vieux. « Une forme de méfiance réciproque préexistait à la crise, mais la peur induite par le virus et la défiance qu’elle a créée me sautent à la figure », ajoute le psychiatre et gérontologue Gérard Ribes, cité dans le rapport.

Dans une précédente étude publiée en juin, l’association avançait le chiffre de 720.000 personnes âgées qui n’auraient eu aucun contact avec leur famille pendant le premier confinement. Chez elles s’accentue la crainte d’être « exclues de l’espace public et de la société », ainsi qu’une forme « de colère ou de rancœur » avec le sentiment « d’être désignées coupables des conséquences de la crise sur le plan socio-économique ». Alors que la solidarité envers les aînés est mise en avant depuis un an, le message semble s’être « retourné contre eux », qui se sentent « minorés », « insultés par la jeune génération » et « stigmatisés ».

Au risque de « fracture générationnelle » s’ajoute, selon le rapport, « un risque de fracture entre les personnes âgées elles-mêmes » à l’heure où la vieillesse « n’est identifiée que comme un naufrage ». Pour lutter contre ces menaces, Les Petits frères des pauvres appellent à un « changement de regard sur la vieillesse », la mise en place d’une politique « qui prenne en compte l’avancée en âge », un meilleur soutien de « l’engagement citoyen envers les aînés » et des « initiatives intergénérationnelles » pour « empêcher le clivage entre les âges de se creuser » (cf. Lutte contre l’âgisme : l’appel de l’OMS et de l’ONU).

Source : Le Figaro, Agnès Leclair (30/03/2021) – Photo : Pixabay\DR

Partager cet article

Synthèses de presse

Supprimer la clause de conscience ? Des questions juridiques et éthiques
/ IVG-IMG

Supprimer la clause de conscience ? Des questions juridiques et éthiques

Depuis le lundi 29 novembre 2021, l’Assemblée nationale examine la proposition de loi « visant à renforcer le droit à ...
02_ogm_mais_8
/ OGM

La Commission européenne pourrait déréguler les « nouveaux OGM » dès 2023

La directive 2001/18 encadre actuellement « la mise sur le marché, la traçabilité et l’étiquetage des cultures génétiquement modifiées ...
Belgique : bientôt plus de mention du sexe sur les cartes d’identité
/ Genre

Belgique : bientôt plus de mention du sexe sur les cartes d’identité

Pour la Cour constitutionnelle le maintien des catégories homme ou femme pour l'inscription du sexe sur l’acte de naissance est ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres