Lutte contre l’âgisme : l’appel de l’OMS et de l’ONU

Publié le 19 Mar, 2021

Un rapport de plus de 200 pages vient « mettre en lumière [le] phénomène » de l’âgisme et « livre des clefs pour le combattre ». De quoi s’agit-il ? « On parle d’âgisme lorsque l’âge est utilisé pour catégoriser et diviser les personnes de telle façon qu’elles subissent des préjudices et des injustices et qu’elles sont désavantagées » explique le document. Ce phénomène « infuse toutes les sociétés », « dans tous les domaines (soins, médias, système juridique, monde du travail, etc.) », et « réduit la solidarité entre les générations ». Combattre l’âgisme, c’est l’appel lancé par Tedros Adhanom Ghebreyesus, le patron de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Michelle Bachelet, responsable de l’ONU pour les droits de l’Homme, Liu Zhenmin, chargé des affaires économiques et sociales de l’ONU, et Natalia Kamen, directrice exécutive du Fonds des Nations unies pour la population.

Des discriminations qui coûtent cher à la société

L’âgisme va souvent de pair « avec d’autres discriminations liées au genre, au handicap ou à l’origine ». Il pèse aussi bien sur la « santé physique et morale des individus »  que sur la santé économique de la société. Selon les auteurs du rapport, l’âgisme « coûterait des dizaines de milliards de dollars chaque année », par exemple « en faisant partir les gens trop tôt à la retraite sur un critère d’âge rigide et en se privant de leur savoir-faire ».

Un phénomène accentué par le Covid

Toutes les générations sont touchées, adolescents comme personnes âgées. Selon les données européennes, « une personne sur trois déclare avoir été la cible de l’âgisme », les plus discriminés seraient les jeunes. Quant aux personnes âgées, « une personne sur deux aurait une attitude ‘âgiste’ » à leur encontre. Les personnes les plus susceptibles d’avoir des comportements « âgistes » sont des hommes, jeunes, anxieux face à la mort et moins éduqués. La pandémie qui sévit depuis un an a accentué le phénomène : « les vieilles personnes ont été perçues de manière uniforme, comme fragiles et vulnérables ; les plus jeunes, comme invincibles, imprudents et irresponsables », explique le rapport.

Trois stratégies anti-âgisme

Le document entend lutter contre l’âgisme, afin de « garantir la santé, le bien-être et la dignité des gens partout dans le monde ». Il propose trois stratégies de lutte : l’adoption « de politiques et de lois pour lutter contre les inégalités et discriminations », la mise en œuvre « d’interventions éducatives » et le « développement des contacts intergénérationnels ».

 

Source : Le Quotidien du Médecin, Coline Garré (18/03/2021) – Photo : Pixabay\DR

Partager cette article

Synthèses de presse

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

Editas Medicine mène un essai clinique sur des patients atteints d’amaurose congénitale de Leber, dans l’espoir de leur rendre la ...
Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Le petit Keyo Blue, atteint de trisomie 18, a vécu pendant 10 heures après une interruption médicale de grossesse ...
Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Dans le cadre d'un essai clinique Jérémy Hage a a reçu cœur artificiel, retiré au profit d'un greffon naturel au ...