Fin de vie: un accompagnement des patients est possible

Publié le : 31 octobre 2013

 

 La prise en charge de la mort, une mission « occultée » par les acteurs hospitaliers. Tel était le constat de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS) dans son rapport publié en 2009, intitulé « la mort à l’hôpital » (Cf Synthèse de presse Gènéthique du 10 octobre 2012). Un constat toujours d’actualité. La médicalisation prend trop largement le pas sur « l’aspect socio-familial et spirituel« , passé au second plan, et cela, « au détriment des familles… » précise le Quotidien du Médecin dans un article qui relate que ce constat a été également dressé par les participants à un colloque organisé par le centre Babel (Centre ressource européen en clinique transculturelle, de l’hôpital Cochin). Et pourtant, accompagner les patients en fin de vie et leur famille est possible.

 

Le Quotidien du Médecin cite en exemple le Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) qui dispose d’un « service de soins…spirituels« , dirigé non par un médecin mais par un docteur en théologie, Michel Nyabenda: « Au Québec, on part du principe que tout être humain a des besoins spirituels«  précise-t-il. Concrètement, le service s’adapte à chaque demande, en allant « de l’accompagnement vers la mort au soutien de la famille endeuillée« . Pour le Dr Régis Aubry, président de l’observatoire national de la fin de vie (ONFV), qui s’insurge contre la « surmédicalisation » de la fin de vie en France, ce modèle québécois est un exemple à suivre. Car en France, souligne-t-il, « On repousse le face à face avec la mort« . 

 

En France, Famille Chrétienne fait état de l’Unité de soins palliatif  de Malestroit (Morbihan), « un service pilote animé par les Augustines de la Miséricorde de Jésus« . Cette unité est dirigée par le Dr Alain Hirschauer, ancien médecin de famille. « Démuni » face à la mort de certains de ses patients, le Dr Dr Alain Hirschauer précise qu’il s’est « alors formé aux soins palliatifs et [a] changé de voie« . Il confie: « J’ai trouvé ici la vraie médecine de famille, puisque nous accompagnons nos malades, qui sont des cas extrêmes, aux heures les plus cruciales de leur existence, ainsi que leur proche« . Il ajoute qu’il reçoit, dans cette unité, « de grandes leçons de vie et de courage de la part des patients, de merveilleuses leçons de patience et de bienveillance de la part des soignants« . Soeur Roxane, responsable de l’unité de soins palliatifs précise les différentes missions de l’unité. Elle précise: « l’accueil de la personne et de sa famille est notre mission n°1 » au même titre que la dimension spirituelle du malade. »Nous avons […] deux autres missions: la formation – nous recevons de très nombreux stagiaires, étudiants infirmiers, internes ou déjà médecins – […] et la recherche, car bien des domaines de la fin de vie ne sont pas encore explorés, comme […] l’hydratation« , souligne-t-elle. Pour Soeur Roxane, le rôle des soignants est « capital« . Car accompagner une personne en fin de vie implique « un soulagement de la douleur, une prise en charge psychologique, mais aussi un accompagnement spirituel« . 

<p> Le Quotidien du Médecin (Dr Lydia Archimède) 31/10/2013 - Famille Chrétienne (Antoine Pasquier - Luc Adrian) 2-8 novembre 2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres