Fin de vie: Les représentants français des cultes en audition au CESE

Publié le : 18 janvier 2018

Dans le cadre des travaux de la commission temporaire « fin de vie » du CESE[1], cinq représentants de cultes ont été auditionnés le jeudi 11 janvier (cf. Le CESE, sensible au lobby pro-euthanasie, se saisit de la fin de vie). Ils ont affiché un « visage uni » sur ce « sujet délicat ».

 

Etaient présents Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes et président du groupe de travail sur la bioéthique de la Conférence des évêques de France représentant l’Eglise Catholique ;  Christian Krieger, président de l’Église réformée d’Alsace et Lorraine, pour la Fédération protestante de France ; Haïm Korsia, grand rabbin de France pour le Judaïsme ; et Ahmet Ogras, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), accompagné de l’imam Mohammed Azizi, aumônier régional des hôpitaux d’Île-de-France pour l’Islam.

 

L’imam Ahmet Ogras a insisté sur le fait que pour tous les cultes représentés « la fin de vie dans ce monde est le début d’une vie dans un autre ». Une « transition » pour laquelle « il faut s’investir, en temps et en matériel, pour ne pas délaisser les personnes en fin de vie ». Il invite à ce que le « coût financier » ne soit pas un frein. Le pasteur Christian Krieger a de son côté insisté sur le risque de déshumanisation de la mort dans notre société : « Aucun culte ne valorise la souffrance, mais tous valorisent la finitude, la vulnérabilité, comme lieu de rendez-vous avec sa propre humanité ».

 

Chez les protestants, le débat en interne sur l’aide au suicide est en cours : « Certains sont en phase avec l’interdit formel “tu ne tueras point”, alors que pour d’autres, le suicide est une expression ultime de la liberté qui caractérise la condition humaine », résume Christian Krieger.

 

Joseph Thouvenel, vice-président du syndicat CFTC et membre de la commission salue « la connaissance très approfondie du dossier » des responsables de culte, et plus particulièrement celle de l’archevêque Pierre d’Ornellas. « Les membres de la commission ont été visiblement très impressionnés par la qualité du propos, et par l’unité des religions », a-t-il commenté.

 

Plusieurs acteurs ont déjà été auditionnés (cf. Le CESE lance ses travaux sur la fin de vie… ou plutôt sur l’euthanasie ), c’est le cas d’Anne de La Tour, médecin et présidente de la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs ou Jean-Luc Romero, président de l’Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD). Un représentant de la franc-maçonnerie devrait être auditionné « dans les prochains jours ».

 

[1] Conseil Economique Social et Environnemental.

<p>La Croix, Gauthier Vaillant (16/01/2018)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres