Fin de vie d’une petite fille de 7 mois au CHU d’Angers

Publié le 21 Juin, 2015

Depuis quelques jours, l’état de santé d’une petite fille de sept mois, Ayana, hospitalisée depuis mi-mai, fait l’objet de vifs débats.

 

Début mai, atteinte d’une « forte fièvre suivie de convulsions, après avoir reçu quelques heures plus tôt une injection de deux vaccins », Ayana a été hospitalisée au CHU du Mans puis transférée dans le service de réanimation pédiatrique du CHU d’Angers. Elle « est plongée dans un coma artificiel, sous ventilation mécanique ». La fièvre aurait provoqué des « séquelles neurologiques gravissimes, irréversibles ».

 

La semaine dernière, l’équipe médicale « avec les parents » a pris la décision d’interrompre les traitements, « estimant que les soins prodigués relevaient aujourd’hui de l’acharnement thérapeutique ». Les médecins considère que « le maintien de l’intubation n’aurait fait qu’aggraver les ‘souffrances extrêmes’ et ‘rebelles à tous les traitements’ que subit l’enfant ».  

 

Cependant les parents d’Ayana « sont revenus sur leur décisions ». Ils ont saisi en urgence le tribunal administratif de Caen qui a demandé « la réalisation d’une autre expertise ». L’avocat des parents, Emmanuel Ludot, qui a assisté aux échanges entre les parents, l’expert et l’équipe médical a rapporté : « Les conclusions sont formelles : cet enfant a un cerveau irrémédiablement détruit ». Il estime que « l’expertise a été très utile et a permis aux parents de comprendre la situation dans laquelle ils étaient ».Les parents ont donc accepté la décision d’arrêt des traitements et vont « veiller leur bébé » durant ses derniers jours.

Le Figaro (20/06/2015) ; Huffington Post (22/06/2015)

Partager cet article

Synthèses de presse

La loi de bioéthique mise en application dans le Pacifique

La loi de bioéthique mise en application dans le Pacifique

Une ordonnance publiée au JO le 2 février étend certaines dispositions de la loi de bioéthique aux territoires du Pacifique ...
Transgenre : à Hong-Kong, une opération chirurgicale n'est plus nécessaire pour modifier sa CNI
/ Genre

Transgenre : à Hong-Kong, une opération chirurgicale n’est plus nécessaire pour modifier sa CNI

La Cour suprême de Hong Kong a jugé que les personnes transgenres pouvaient changer de sexe sur leur carte d'identité ...
Des mères porteuses en état de mort cérébrale ?
/ PMA-GPA

Des mères porteuses en état de mort cérébrale ?

Une pratique baptisée le « don gestationnel du corps entier » qui a suscité la polémique sur les réseaux sociaux ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres