Fichage et trisomie 21 : le combat de Jean-Marie Le Méné contre “la traque eugénique des imparfaits”

Publié le 21 Nov, 2017

Suite à la décision en demi-teinte du Conseil d’Etat concernant le “fichage” des femmes enceintes : un système de « collecte et de diffusion de données personnelles des femmes enceintes qui ont subi le dépistage de la trisomie 21 » (cf. Fichage des femmes enceintes et des bébés trisomiques : le ministère de la santé partiellement sanctionné par le Conseil d’Etat), le Président de la Fondation Jérôme Lejeune, Jean-Marie Le Méné réagit. Il estime que le décret et l’arrêté autorisant ces pratiques portent atteinte :

 

– « au principe d’égalité et de non-discrimination » puisque la trisomie 21 est « seule […] visée par le décret et l’arrêté ». Ces textes entrent en contradiction avec « l’esprit » de la loi de bioéthique qui « refuse d’établir une liste des affections d’une particulière gravité pour éviter une élimination systématique des enfants trisomiques avant leur naissance ».

 

– au principe de dignité humaine, dans la mesure où le « recensement des données systématiques » insinue que « la naissance d’un enfant trisomique résulte d’une erreur ».

 

– au respect de « la vie de femmes enceintes », dont les « données personnelles et celles de l’enfant à naître » ne sont pas garanties d’anonymat. Disposition d’autant plus discutable que leur consentement n’est pas recueilli et que les femmes « ne sont d’ailleurs même pas informées de leur fichage ».

 

– à la liberté professionnelle du médecin, mise à mal par une « obligation de transmettre les données personnelles de sa patiente ». Les échographistes et les « biologistes médicaux chargés du calcul de la trisomie 21 » étant particulièrement contraints par ces mesures. Les premiers « effectuent des examens à visée diagnostique » et les seconds « ont l’obligation de transmettre à l’Agence de la biomédecine les données personnelles de toutes les femmes enceintes qui ont réalisé le dépistage de la trisomie 21 », même s’ils sont opposés « au traitement systématisé et stigmatisant des données ». 

 

Jean-Marie Le Méné regrette « que le Conseil d’Etat ne remette pas en cause le principe du fichage ». Seules certaines « modalités » ont été annulées. Il se réjouit cependant que le Conseil d’Etat ait reconnu le « bienfondé de la démarche de la fondation » : « La traque eugénique des “imparfaits”, sous pavillon de complaisance de la médecine, je la combattrai toujours ! ». 

 

Valeurs Actuelles, Charlotte d’Ornellas (20/11/2017) 

Jean-Marie Le Méné : “Je combattrai toujours la traque eugénique des ‘imparfaits’”

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres