Faut-il accepter l’euthanasie ?

Publié le 29 Avr, 2008

Sur le site Internet de son diocèse, le cardinal Ricard, archevêque de Bordeaux, revient sur le "drame humain de Mme Chantal Sébire" et la question posée aux politiques et à l’opinion publique : "faut-il aujourd’hui aller plus loin [que la loi Leonetti, votée à l’unanimité en 2005, NDLR] en confiant à une haute autorité la possibilité d’autoriser des médecins à aider à mourir des personnes dont la situation physique et psychique serait particulièrement dramatique".

Pour Mgr Ricard, dépénaliser le fait de donner la mort introduirait un profond bouleversement, dans la mesure où toute notre législation et notre éthique médicale se fondent sur le respect de la vie. "Est-il possible à une haute autorité de juger vraiment la gravité plus ou moins grande des situations ? Qu’en est-il des souffrances morales ? Qui peut se prononcer avec autorité en ce domaine ?", interroge-t-il. Ensuite, "n’y aura-t-il pas toujours une demande pour élargir les conditions d’une réponse positive", comme c’est le cas en Belgique ? Pour lui, si on entre dans la voie d’une dépénalisation de l’acte de donner la mort, même encadrée, on risque de se diriger rapidement vers une généralisation de l’acte, comme ce fut le cas pour l’avortement. Et si l’euthanasie devait se généraliser, "ne risque-t-on pas de la voir utilisée pour de toutes autres raisons que celles qui sont aujourd’hui évoquées", comme le coût financier ?

Enfin, il appelle au développement des soins palliatifs, "enjeu à la hauteur des véritables exigences humanistes de notre société".

Liberté politique.com 25/04/08

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres