Euthanasie et don d’organes au Canada : alerte sur les dérives

Publié le 11 Mai, 2016

Alors que le projet de loi fédérale sur l’aide médicale à mourir sera bientôt adopté au Canada (cf : Canada : quatre mois supplémentaires accordés pour la mise en place de l’aide médicale à mourir), les enjeux éthiques demeurent. La Commission de l’éthique en science et en technologie (CEST) s’est penché sur la question du don d’organes dans ce contexte, et a rendu publiques ses recommandations hier pour éviter les dérives. Sa conclusion : « la légalisation de l’aide médicale à mourir ne doit pas ouvrir la porte à des pressions indues pour convaincre les malades admissibles à donner leurs organes ».

 

Le point délicat en effet, c’est que les deux demandes sont conciliables. Pour la CEST, il est donc impératif de mettre en place les conditions nécessaires : que les deux demandes soient traitées indépendamment, l’une après l’autre, la demande d’euthanasie devant être la première, et relever de deux équipes distinctes. « Il doit y avoir une parfaite étanchéité entre les deux » a répété Edith Deleury, présidente de la CEST, qui veut éviter que l’on puisse « établir [un lien] de cause à effet entre les deux ».

 

Pourtant, avec des frontières si minces et l’information des patients sur les pénuries d’organes, comment ne pas « solliciter » ? Pour Marie-José Clermont, du CHU Sainte-Justine, il faut rapidement mettre en place des mécanismes clairs dans la mesure où une double demande pourrait se présenter « dès aujourd’hui ou demain ».

 

Manon Chevalier, médecin gériatre, affirme quant à elle que le don d’organes ne correspond pas au « type de mort » souhaité par les demandeurs d’aide médicale, et qu’il faut les informer sur le fait qu’ils ne pourront pas mourir à leur convenance à domicile, mais dans la salle d’opération d’un établissement où le prélèvement est possible.

Pour la Commission, « le don d’organes peut permettre de donner un sens à la mort », mais cet argument ne peut être utilisé pour convaincre qui que ce soit a-t-elle ajouté. 

Le devoir, Sarah R. Champagne (12/05/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres