Euthanasie et dignité humaine : confusion et mise en scène

Publié le 21 Mar, 2008

Le Figaro publie plusieurs tribunes sur le cas de Chantal Sébire.

Emmanuel Hirsch, directeur de l’Espace éthique de l’AP-HP et du département de recherche en éthique à l’université Paris-Sud XI, s’interroge : "le combat éthique à mener pour humaniser si nécessaire la fin de vie, lui conférer une signification, une reconnaissance que tant d’obstacles compromettent aujourd’hui, se limiterait-il à la revendication d’un droit, d’un droit à la mort ?". Pour lui, "le droit de vivre dans la dignité sollicite davantage nos responsabilités humaines et sociales que consentir à octroyer la mort au nom d’une conception pour le moins restrictive de l’idée de dignité".
Dans cette revendication d’un droit à la mort, entre "meurtre par compassion", "engagement solidaire", "exception d’euthanasie"…, Emmanuel Hirsch dénonce une "confusion des sentiments – habilement mise en scène" qui "semble créer les conditions permettant d’envisager en toute neutralité, sans engager moralement qui que ce soit, les ruptures ainsi annoncées".
Il estime que les missions du soin reposent sur l’exigence de "préserver l’humanité d’une relation" et de "ne pas renoncer à reconnaître l’autre en ce qu’il demeure jusqu’au terme de son existence". Et cette exigence ne tiendrait pas face à une possibilité euthanasique…

Bernard Devalois, médecin d’unité de soins palliatifs et Louis Puybasset, anesthésiste-réanimateur, décrypte l’"affaire Sébire" et les approximations faites à cette occasion. Il distingue ainsi trois problématiques :
– la première est celle de l’acharnement thérapeutique, la loi Leonetti reconnaissant aux patients le droit de refuser des soins qu’ils considèrent comme disproportionnés et inutiles. "Un problème demeure : cette loi n’est ni assez connue ni bien appliquée."
– la seconde est la "phase ultime, agonique de la vie", d’autant plus difficile à supporter que "les symptômes ne sont pas correctement pris en charge et qu’un accompagnent adapté n’est pas mis en œuvre". Ce constat appelle une "meilleure formation des médecins et une augmentation des moyens pour les soins palliatifs". Dans le cas de Mme Sébire qui "exigeait de la société le droit au suicide", il est important de préciser qu’elle ne souhaitait pas se suicider elle-même et refusait les traitements susceptibles de la soulager. Une fois "le rideau de l’émotion" écarté, "comment ne pas voir le caractère contradictoire d’un tel transfert sur autrui de la responsabilité première de chacun sur lui-même ?". Pour eux, "le suicide doit rester la quintessence de la liberté individuelle".
"Vouloir à tout prix mettre en avant des drames humains afin de faire croire à la nécessité de substituer un nouveau droit au suicide à l’actuelle liberté de se suicider est pour nous un erreur. (…) Notre société doit être capable de trouver des solutions raisonnables, tant par la loi qui pose des limites, que par la réflexion collégiale pour affronter des situations exceptionnelles. A la dictature des passions, nous préférons le règne de la raison", concluent-ils. 

Olivier Jonquet, réanimateur, professeur à la faculté de médecine de Montpellier, porte-parole de l’association Convergence soignants-soignés, Xavier Mirabel, cancérologue, président de l’Alliance pour les droits de la vie et Tugdual Derville, délégué général de l’Alliance pour les droits de la vie, reviennent eux sur le "triple malaise" que provoque chez eux la situation de Chantal Sébire.
– Premièrement, Chantal Sébire n’était pas dans une "impasse" puisqu’elle avait refusé de recourir aux soins palliatifs. Il se demande quelle image lui a-t-on donné de ces soins pour qu’elle les refuse. Et, "quel fut le sens d’une demande qui récusait le suicide tout en réclamant qu’il soit médicalement administré ?".
– Deuxièmement, Chantal Sébire, érigée en "symbole du combat pour l’euthanasie", n’a-t-elle pas été "l’instrument d’un enjeu qui la dépassait" ? "Nous n’avons pas la naïveté de croire que cette image fut innocente. Le mouvement qui l’entourait ne fait pas mystère d’une revendication bien plus large que celle de traiter les exceptions", précisent les auteurs.
– Troisièmement, ils pointent du doigt la manière dont a été traité le cas de Mme Sébire : "des années d’explications sur le sens des soins palliatifs ont été pulvérisées" par des "slogans mensongers" sous-entendant que "l’euthanasie était douce", par exemple.

Le Figaro (Emmanuel Hirsch, Bernard Devalois, Louis Puybasset, Olivier Jonquet, Xavier Mirabel, Tugdual Derville) 21/03/08

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres