Etre mère porteuse : un nouveau télétravail ?

Publié le 22 Sep, 2022

Les agences de GPA ne reculent devant rien pour recruter des mères porteuses. Jusqu’à promouvoir les avantages que représente un travail à domicile.

Melina Godossi a 37 ans. Elle est devenue mère porteuse il y a cinq ans, alors qu’elle vivait à Los Angeles, aux Etats-Unis [1]. D’origine péruvienne, elle venait d’avoir des jumeaux et souhaitait gagner de l’argent tout en restant à domicile pour pouvoir s’occuper de ses enfants. Alors qu’elle cherchait sur Internet, elle est tombée sur une annonce qui disait : « Recherche une femme en bonne santé, jeune, déjà mère de famille et qui souhaite travailler à domicile ». Sans plus de détails. Le travail parfait ? Elle prend contact avec l’annonceur. Une gestionnaire d’une agence de mères porteuses lui répond. Melina décline la proposition. « Je pensais que c’était trop difficile », explique-t-elle. Mais la propriétaire de l’agence insiste. Melina finit par accepter.

Pas sûr que Gift Danjuma approuverait ce « choix de carrière » : mère porteuse à Lagos, au Nigeria, elle a accouché de triplés[2]. Et ses chances d’être mère sont désormais compromises. La césarienne qu’elle a subie a laissé des séquelles. Originaire de l’Etat de Nasarawa, sa famille était opposée à ce que Gift devienne mère porteuse. « Mais il y avait des factures à payer. »

« Faire de la grossesse et de l’arrivée au monde d’un enfant une opportunité pour des femmes précaires est inacceptable », rappelle Céline Revel-Dumas (cf. « Ceux qui utilisent le mot éthique comme complément de la GPA sont des menteurs, des ignorants ou des candides »). Et « présenter cette supercherie comme un nouvel humanitaire proposant un “travail social” aux femmes les plus pauvres, une indignité ». Une exploitation maintenant proposée comme une opportunité professionnelle ?

 

Cet article de la rédaction Gènéthique a été publié sur Aleteia sous le titre : Être mère porteuse, un nouveau télétravail ?

[1] El Confidencial, Melina: “El anuncio para ser gestante decía que era una oportunidad para teletrabajar” (18/09/2022)

[2] The Sun, Surrogate mother draws battle line with Lagos hospital (17/09/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

Canada : un complexe funéraire propose un forfait pour être euthanasié
/ Fin de vie

Canada : un complexe funéraire propose un forfait pour être euthanasié

Au Québec, un complexe funéraire propose un forfait aux patients qui souhaitent louer son salon d’exposition pour y être euthanasiés ...
Banques de gamètes : la loi de bioéthique a "chamboulé les équilibres"
/ PMA-GPA

Banques de gamètes : la loi de bioéthique a “chamboulé les équilibres”

Depuis la loi de bioéthique d’août 2021, la gestion des banques de gamètes est devenue un casse-tête. L'ABM cherche des ...
Cannabis médical : un risque plus élevé de dépression
/ Fin de vie

Cannabis médical : un risque plus élevé de dépression

Une étude canadienne montre que le cannabis médical est associé à un risque deux fois plus élevé de dépression ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres