Etre humain réparé, fragilité augmentée ?

Publié le 28 Fév, 2022

Après la faillite de la société qui commercialisait leurs implants rétiniens, des centaines de patients ont découvert un monde où « la technologie qui avait transformé leur vie » était devenue « un gadget obsolète de plus ».

Terry Byland n’a eu aucun problème avec le dispositif Argus I qui lui a été implanté en 2004. Cet implant rétinien a permis de restaurer sa vue. Alors, quand Second Sight Medical Products lui a proposé l’Argus II, il était « impatient » de l’essayer [1]. En juin 2015, Terry Byland était la seule personne au monde à posséder « deux yeux bioniques ».

En passant des 16 électrodes de l’Argus I aux 60 électrodes de la nouvelle technologie, la vision de Terry s’est améliorée. Et lors d’une série de tests en 2016 et 2017, on l’informe de possibles « mises à jour logicielles qui multiplieraient par quatre son système pour atteindre environ 250 pixels, ainsi que d’une nouvelle unité de traitement vidéo ».

Mais le 18 juillet 2019, la société basée à Los Angeles informe ses patients de l’abandon progressif de la technologie d’implant rétinien pour passer au développement d’un « implant cérébral de nouvelle génération pour la cécité » : Orion. L’essai clinique avait commencé l’année précédente et la « branche Argus » est difficile à rentabiliser. Finalement Terry Byland apprend en 2020 que l’entreprise est au bord de la faillite. 350 patients, ou plutôt clients, de Second Sight se retrouvent dans un monde où « la technologie qui a transformé leur vie n’est qu’un gadget obsolète de plus ». Un gadget qui, en outre, présente des dangers pour leur santé car « un système Argus défectueux peut entraîner des complications médicales ou interférer avec des procédures telles que les IRM ». Et son retrait peut être douloureux… et coûteux.

Des technologies en plein développement, un marché aussi

Pour l’éthicien Anders Sandberg, cette histoire montre qu’« il est nécessaire d’obtenir un consentement éclairé non seulement sur la fonctionnalité médicale d’un dispositif, mais aussi plus largement sur sa fonctionnalité technico-économique » [2].

Les implants neuronaux, c’est-à-dire les dispositifs qui interagissent avec le système nerveux, font partie d’un domaine de la médecine en plein essor. Et les récentes avancées dans le domaine des neurosciences ont déclenché « une véritable ruée vers l’or », comme en témoignent les investissements de Neuralink, la société d’Elon Musk spécialisée dans les implants cérébraux. Certaines entreprises parlent de remédier à la dépression, de traiter la maladie d’Alzheimer, ou même d’« augmenter » les capacités cognitives [3].

De la réparation à l’augmentation ?

« Si l’on ne peut pas contrôler les parties de son corps – naturelles ou artificielles – on ne se contrôle pas soi-même », estime Anders Sandberg. Mais, au-delà, cette volonté de réparer ne risque-t-elle pas de dériver vers une volonté d’augmenter ? Et que dire d’un être humain qui devient dépendant de « mises à jour » régulières ?

« Cet espoir d’un progrès n’est en réalité que le symptôme du mépris que nous exprimons envers l’être humain », analyse le philosophe et eurodéputé François-Xavier Bellamy. « Si un humain 2.0 est nécessaire, c’est parce que l’humain 1.0 n’est pas assez bon. » [4] Pourtant, « nous ne pourrons qu’être structurellement insatisfaits du point où nous sommes arrivés », avertit-il. Car « après l’humain 2.0, nous aurons l’humain 3.0, tout comme nous avons eu la première version de l’iPhone, avec lequel on était admiré de tous il y a quinze ans, et qui nous rendrait aujourd’hui ridicules ».

 

[1] IEEE Spectrum, Their bionic eyes are now obsolete and unsupported (15/02/2022)

[2] BioEdge, ‘Beep, beep, beep’: the sound of going blind again (19/02/2022)

[3] Gènéthique, Patrick Hetzel : « Les neurotechnologies doivent, d’abord et avant tout, servir à guérir et à réparer » (02/02/2022)

[4] Gènéthique, François-Xavier Bellamy : « Le transhumanisme est d’abord une détestation de l’humain » (28/02/2022)

Photo : iStock

Partager cet article

Synthèses de presse

"Aide médicale à mourir" : débat au Parlement britannique
/ Fin de vie

“Aide médicale à mourir” : débat au Parlement britannique

Les députés britanniques ont débattu sur la légalisation de l'"aide à mourir" pour les "adultes mentalement compétents et en phase ...
02_google
/ IVG-IMG

Avortement : Google supprime les données de localisation

Google prévoit de supprimer automatiquement les données de localisation des utilisateurs en cas de visite dans une « clinique spécialisée ...
piglet-1639587_960_720
/ Don d'organes

Xénogreffe : des précisions sur la greffe cardiaque réalisée en janvier

L’autopsie du patient est détaillée dans un article publié le 22 juin. Les chirurgiens espèrent lancer un essai clinique ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres