Espagne : le Sénat approuve la loi dépénalisant l’euthanasie

Publié le 11 Mar, 2021

Hier, le Sénat espagnol a approuvé en séance plénière la proposition de loi introduisant l’euthanasie en Espagne. Trois partis ont voté contre (PP, UPN et Vox). La proposition tout de même obtenu la majorité absolue : 155 voix pour, 100 contre et trois abstentions. Le Sénat a introduit plusieurs amendements, notamment « l’accès des médecins au registre des dernières volontés du patient pour pouvoir pratiquer l’euthanasie sans avoir à consulter les membres de sa famille » ainsi que la possibilité, pour les médecins, d’ « accélérer le traitement des demandes en raccourcissant les délais ». La proposition de loi va maintenant retourner au Congrès le 18 mars, pour ratifier ou annuler ces modifications au texte apportées par le Sénat. La loi sera ensuite publiée au Journal officiel de l’État (BOE) et « entrera en vigueur au bout de trois mois, c’est-à-dire à la mi-juin ».

Une ‘industrie de la mort’ à l’encontre de la déontologie

Les personnes éligibles sont définies ainsi : toute personne « souffrant d’une maladie grave et incurable ou d’un état grave, chronique et handicapant dans les termes établis dans la présente loi, certifié par le médecin responsable ». L’utilisation du terme « handicapant » est rejetée avec force par le Cermi (Comité espagnol des représentants des personnes handicapées). Les sénateurs opposés au projet de loi ont rappelé que celui-ci va « à l’encontre du code déontologique des professionnels de la santé », et qu’il « ouvre également la porte à une ‘industrie de la mort’ ». Ils ont mis en doute la constitutionnalité du texte. Ils ont rappelé qu’une clause de conscience basée sur l’inscription à un registre risquait fortement de créer des discriminations, notamment à l’embauche

Euthanasie vs. soins palliatifs

Cette loi euthanasie sera « la moins restrictive de toutes celles qui existent » dans le monde. L’Espagne deviendra également « le seul pays d’Europe à disposer d’une ‘prestation d’aide au décès’, mais sans accès universel aux soins palliatifs ». En effet, le Luxembourg, la Belgique et les Pays-Bas proposent une offre de soins palliatifs beaucoup plus étendue que l’Espagne. Selon les partis PP et Vox, les soins palliatifs, actuellement, « n’atteignent que 50% de ceux qui en auraient besoin ». « Je suis triste qu’ils considèrent l’euthanasie comme un triomphe alors que le triomphe serait pour l’État de remplir son devoir de protéger la vie avec un accès universel aux soins palliatifs » déplore le sénateur PP Antonio Román, pour qui les législateurs se sont comportés comme des « militants », alors que la loi d’euthanasie « n’est pas une loi de progrès mais de régression ».

Contrairement à ce qui s’est dit lors des débats, la pratique de l’euthanasie est « très rare dans le monde ». Seuls six pays l’ont dépénalisée : les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, le Canada, la Colombie et le Portugal. Au Portugal l’entrée en vigueur de la loi dépend encore d’une décision de la Cour Constitutionnelle. Quant au suicide assisté, il est dépénalisé qu’en Suisse, en Allemagne, au Japon, dans certains états américains, et dans un seul état australien. « Au total, seulement 2,5% de la population mondiale a accès au prétendu ‘droit de mourir’ ».

Sources : El Pais, Emilio de Benito (10/03/2021) ; ABC, Laura Daniele (10/03/2021) – Photo : Pixabay\DR

Partager cette article

Synthèses de presse

Bilan de la PMA en Suisse : plus de DPI en 2019, moins de naissances multiples

Bilan de la PMA en Suisse : plus de DPI en 2019, moins de naissances multiples

En 2019, 2204 naissances ont eu lieu en Suisse après une fécondation in vitro. Un parcours suivi par 5993 couples ...
Applications de fertilité : des données partagées à l’insu des utilisatrices

Applications de fertilité : des données partagées à l’insu des utilisatrices

Une étude a révélé que la majorité des applications de fertilité collectent et même partagent les données des utilisatrices sans ...
Handicap mental et vieillissement : des progrès et des défis à relever

Handicap mental et vieillissement : des progrès et des défis à relever

L’espérance de vie des personnes porteuses de trisomie 21 est à présent de 65 ans, après avoir doublé en 20 ...