En fin de vie, faire face à la détresse des soignants et des aidants

Publié le : 22 février 2018

Passant en revue la littérature et les articles scientifiques publiés sur les soins palliatifs en 2016, les dernières recherches sur les soins palliatifs hospitaliers ont été recensées dans le Journal of Hospital Medicine.

 

Plusieurs études pointent la grande détresse morale des médecins. En cause, des traitements inutiles ou « futiles » (acharnement thérapeutique) que les protocoles imposent à des patients, provoquant des souffrances inutiles.

 

Elles dénoncent « une prévalence très élevée de la dépression majeure et chronique » chez les aidants et les soignants à domicile. Cette inquiétante proportion nécessite une « surveillance de la vulnérabilité mentale » de ces personnes, ainsi que le « développement d’interventions visant à leur apporter un soutien social ». L’attention aux familles des patients en soins palliatifs ou encore les programmes hospitalier d’incitation aux directives anticipées sont mis en avant.

 

« Toutes ces recherches apportent des pistes importantes de réflexion aux cliniciens qui prennent en charge des patients hospitalisés atteints de maladies graves et en fin de vie. On retient l’absence ‘d’outils efficaces’ pour lutter contre la détresse morale, omniprésente, chez les cliniciens, les soignants, les aidants et bien sûr les proches confrontés à la fin de vie. »

<p>Santé Log (22/02/2018)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres