Emoji d’homme « enceint » : où est passé le combat contre les « fake news » ?

Publié le 3 Fév, 2022

La société Apple a élargi ses propositions d’émoticônes, dévoilant des « hommes enceints ». « Le Parti finirait par annoncer que deux et deux font cinq et il faudrait le croire », était-il écrit dans 1984. Georges Orwell « ne savait pas que c’était le wokisme qui accomplirait ses prophéties », analyse Eugénie Bastié.

Le fait est « révélateur » pour la journaliste qui souligne que « les émoticônes d’Iphone, présents dans toutes les poches sur tous les continents, sont les marqueurs d’une révolution insidieuse des mentalités, selon une mécanique d’ingénierie sociale visant à nous faire accepter une humanité nouvelle, déconstruite et multiculturelle ».

L’oubli de la science ?

« Il est étonnant que les Big tech, qui promeuvent bien souvent un combat pour la science et chassent sans merci de leurs réseaux sociaux quiconque diffuse des “fake news“, se fassent les relais de propositions aussi anti-scientifiques », pointe Eugénie Bastié. Car « la froide vérité biologique est que les changements de sexe sont impossibles. Chaque cellule de nos corps, à l’exception des cellules sanguines, contient pour la vie le code de notre genre de naissance », rappelait la féministe américaine Camille Paglia, citée par Claude Habib dans La question trans, Le débat parue aux éditions Gallimard.

« Ce n’est peut-être pas scientifique, mais “ça n’enlève rien à personne” répondront les chantres du Progrès », anticipe la journaliste. Pourtant, « la promotion de la figure de l’homme enceint contribue à l’effacement du féminin, ce qui est plutôt cocasse à une époque qui prône la “visibilité” des femmes », relève-t-elle. Car « le féminisme entendait bousculer les représentations traditionnelles des rapports entre hommes et femmes, il n’a jamais prétendu abolir la biologie, sans laquelle d’ailleurs on n’explique pas grand-chose des inégalités qui subsistent entre les sexes », rappelle Eugénie Bastié.

«L’alliance de l’inclusivité et du capitalisme, du woke et de la Silicon Valley »

« Le Consortium Unicode, l’association qui décide quels seront les nouveaux émojis est composée de représentants de toutes les plus grandes entreprises technologiques : Facebook, Microsoft, Google, Netflix et Apple », précise la journaliste. Ainsi, « le plus frappant dans cette histoire est l’alliance de l’inclusivité et du capitalisme, du woke et de la Silicon Valley » juge-t-elle. Et « le wokisme permet ainsi d’éveiller les esprits sur de pseudo-inégalités horizontales pour mieux faire oublier (et racheter) les véritables et grandissantes inégalités sociales provoquées par la numérisation de l’économie », décrypte Eugénie Bastié.

 

Source : Le Figaro, Eugénie Bastié (02/02/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

Québec : le don d’organes en hausse de 17% en 2023
/ Don d'organes

Québec : le don d’organes en hausse de 17% en 2023

En 2023, le nombre de dons d’organes au Québec a atteint un record avec une hausse de 17% par rapport ...
Espagne : la Cour constitutionnelle autorise l’adoption d’un enfant né par GPA
/ PMA-GPA

Espagne : la Cour constitutionnelle autorise l’adoption d’un enfant né par GPA

Le 27 février, la Cour constitutionnelle espagnole a autorisé une femme à adopter l’enfant biologique de son conjoint né par ...
Royaume-Uni : le Parlement britannique mise sur les soins palliatifs
/ Fin de vie

Royaume-Uni : le Parlement britannique mise sur les soins palliatifs

Le Parlement britannique a remis un rapport sur la « mort assistée », sans formuler de « recommandations spectaculaires » ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres