DPNI : Nîmes et Montpellier prennent les devants

Publié le : 20 septembre 2016

Les CHU de Nîmes et Montpellier vont s’associer pour créer une « fédération de génétique », structure associative officialisant leur collaboration dans ce domaine. Les Docteurs Philippe Khau Van Kien et David Genviève, porteurs du projet, expliquent que « le but est de mettre en commun nos expertises, de discuter ensemble de dossiers difficiles, pour accentuer le niveau d’expertise, en réunion interdisciplinaire ».

 

Ce projet concerne entre autre le dépistage prénatal non invasif de la trisomie 21, car Montpellier « vient d’acquérir une nouvelle machine », un séquenceur, pour le réaliser. « L’idée est que le séquençage de prélèvement de patients de Nîmes puissent être effectué sur le séquenceur, plus puissant, de Montpellier. Puis que les données brutes soient retransmises par canal pré-sécurisé à Nîmes, et y soient interprétées », dans l’attente de l’obtention par Nîmes d’un séquenceur « de puissance égale ». Alors que la HAS n’a pas encore rendu le deuxième volet de son avis sur le DPNI, les CHU de Nîmes et Montpellier assurent que cette mise en commun de leur « expertise » doit « permettre aux patientes de Nîmes de ‘bénéficier’ du DPNI ».

<p>Hospimedia, Bruno Decottignies (20/09/2016)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres