Devenir des embryons surnuméraires : une décision « incroyablement difficile » pour les parents

Publié le 24 Nov, 2020

Ashley Strong a trois enfants, tous conçus par fécondation in vitro. Et trois embryons congelés dans une clinique de fertilité britannique. Bien qu’elle affirme ne plus vouloir avoir d’enfants, elle continue à payer le stockage de ses embryons. « Ils sont stockés depuis huit ans et je ne suis toujours pas parvenue à prendre une décision » témoigne Ashley. « Je trouve cela incroyablement difficile » explique la jeune femme qui reçoit chaque année un courrier de la clinique.

Les coûts de stockage varient entre 125 et 350 livres sterling par an, indique la Human Fertilisation and Embryology Authority(HFEA). Selon les directives actuellement en vigueur au Royaume-Uni, les embryons peuvent être conservés pendant une période maximale de dix ans. Au-delà, les parents doivent sélectionner une option : les utiliser, les donner ou, les « laisser périr ». En 2018, 164 embryons ont été donnés à des couples en parcours de PMA et 721 à la science. L’organisme dit ne pas disposer de chiffres quant au nombre d’embryons que les couples ont décidé de « laisser périr ».

En raison de l’épidémie de Covid, les autorités ont décidé de prolonger la durée de stockage de deux ans. Ashely Strong paiera les deux années.

Natalie Silverman et son mari, parents d’un enfant de cinq ans, ont quant à eux choisi de donner leurs embryons à la science, estimant ne pas pouvoir « se permettre d’avoir un autre enfant, ni de continuer à payer pour le stockage », et refusant qu’il y ait une « réplique » de leur fils. Les embryologistes les ont remerciés pour ce « don », « les embryons sont un matériau si précieux ». Et le couple a organisé une cérémonie « pour dire au revoir à ces enfants qu’ils n’auraient jamais ».

 

Source : BBC (18/11/2020)

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres